main

AssuranceLogementLoisirs

Les objets connectés, gadget ou réelle utilité ?

Objets-connectés.jpg

Ils sont présents dans vos poches, à vos poignets et de plus en plus dans vos maisons. Sont-ils de simples gadgets ou peuvent-ils réellement améliorer votre habitat ?

Facilitez votre quotidien

Vous trouvez vos dépenses énergétiques trop importantes ? Pourtant vous pouvez y remédier d’un simple geste en gérant à distance vos radiateurs et vos lumières, depuis votre smartphone. Éteignez-les, allumez-les, programmez-les… A vous les économies !

Vous voulez réaliser votre gâteau préféré mais malheur, il vous manque des œufs pour votre préparation ? Avec les frigos connectés, vous pouvez anticiper les manques, sans même y penser. Disposant d’une caméra embarquée ils scannent tous vos produits, les répertorient et vous alertent en cas de stock faible d’un aliment. Ensuite, d’un simple geste vous pouvez effectuer une nouvelle commande via un magasin partenaire, le tout depuis l’écran tactile de votre frigo.

A vous les gâteaux au chocolat ! Alors, gadget ou utile ?

Renforcez votre sécurité

Vous vous sentez capable de gérer seul votre éclairage, chauffage et vos courses, mais qu’en est-il de votre sécurité ?

Chaque année, plus de 380.000 cambriolages sont déclarés en France, soit un toutes les 90 secondes. Armez-vous contre cela, grâce aux objets connectés !

Ding Dong* « Personne ? Ok on entre ! », tel est le mode opératoire le plus fréquent des cambrioleurs, alors quoi de mieux qu’un interphone connecté pour les-en empêcher ? Vous êtes alerté sur votre smartphone lorsqu’une personne sonne, et grâce à la caméra vous pouvez l’identifier et activer l’alarme si elle vous semble suspecte.

Pour optimiser la sécurité de votre maison, vous pouvez également combiner cela avec des ampoules connectées. Et non, elles ne servent pas uniquement à être allumées et éteintes à distance, elles permettent aussi de détecter vos habitudes de vie et simuler votre présence en cas d’absence. Vous n’êtes pas là et les ampoules détectent un mouvement ? Vous en êtes alerté immédiatement et pouvez déclencher l’alarme !

Et pour une sécurité maximale, complétez tout cela avec le boitier de serrure connecté. Vous n’aurez plus à vous demander si vous avez fermé clé ou non votre porte, elle se verrouille automatiquement. Et pour la déverrouiller, il vous suffit d’utiliser votre smartphone, et ça fonctionne même à distance.
Quelqu’un essaie d’entrer ? Vous recevez une alerte sur votre smartphone.

Alors convaincu ?

Dans la majorité des cas, l’assureur n’applique pas la franchise en cas de vol si l’habitation est protégée par une télésurveillance

Si vous êtes convaincu, votre assureur habitation le sera également.
L’installation d’une alarme connectée, que ce soit par un système de visiophone, d’ampoules, de serrure ou autre, renforce la sécurité de votre maison. Lorsque vous êtes munis de tels dispositifs, il faut en informer votre assureur.

Cette sécurité renforcée diminue le risque d’infractions et de cambriolages dans votre domicile, car vous êtes prévenus et pouvez agir rapidement, tout en dissuadant les cambrioleurs de rentrer chez vous.

Sources :
www.objetconnecte.net 
www.objetconnecte.net
www.la-croix.com

AssuranceLogement

Faire face à une inondation

logement_assurance_inondation-960x630.jpg

Une inondation peut provoquer des dégâts considérables et vous mettre en danger, vous et vos proches. Suivez ces quelques conseils pratiques pour vous préparer, surtout si vous êtes en zone inondable.

Respectez les consignes de sécurité

  • Si vous avez été évacué, ne tentez pas de réintégrer ou même d’approcher votre logement sans avoir eu l’autorisation des services de secours ou de la mairie.
  • Une fois que vous y êtes autorisé, retournez chez vous, accompagné et de jour, et informez-en la municipalité.

Faites intervenir des pros avant de rentrer dans votre logement

L’eau peut provoquer des risques d’effondrements, d’électrocutions, d’explosions, d’intoxications…

  • Si vous avez le moindre doute sur la stabilité de la structure (fissures, déformations…), demandez à une entreprise de construction ou à un expert d’examiner le gros œuvre.
  • Faites passer un électricien agréé pour rétablir le courant et vérifier l’état de l’installation.
  • Ne buvez surtout pas l’eau du robinet avant d’avoir eu l’autorisation des autorités locales.
  • Si vous percevez une odeur de gaz, coupez la vanne extérieure, sortez immédiatement et contactez un spécialiste.

 

Les bons réflexes après une inondation

  • Aérez pour que l’eau s’évapore et que le séchage s’accélère.
  • Evacuez l’eau restante progressivement (1/3 par jour) avec une pompe ou des serpillères.
  • Désinfectez les lieux en vous protégeant avec gants, masque, bottes en caoutchouc. Lavez-vous les mains à l’eau claire et au savon après avoir manipulé les déchets.
  • Prenez des photos de vos biens détériorés et conservez-les jusqu’au passage de l’expert. Réunissez les factures d’achat des objets sinistrés.

 

Distinguez vos objets de valeur des autres objets ainsi que des biens récupérables de ceux qui ne le sont pas.

Objets de valeur : bijoux, objets d’art ou précieux, meubles anciens…
Objets récupérables : objets qui pourront être réutilisés une fois nettoyés.
Objets irrécupérables : objets qui ne pourront pas être utilisés, même nettoyés et désinfectés (matelas, meubles déformés, moquettes, aliments, produits ménagers et polluants… touchés par l’inondation).

  • Informez-vous auprès de votre mairie pour connaître les démarches de déclaration de catastrophe naturelle et contactez votre assureur au plus vite.

A savoir
Si l’état de catastrophe naturelle est constaté par un arrêté interministériel, vous avez 10 jours pour adresser votre déclaration de sinistre à votre assureur.

Attention, danger !
N’allumez pas de flammes (bougies, briquets…) et ne fumez pas tant que l’eau stagnante n’a pas été évacuée.
N’utilisez pas votre téléphone fixe ni votre téléphone portable en raison de risques d’étincelles et donc d’explosion.

Enfin, vérifiez attentivement l’étendue des garanties couvertes par votre contrat Multirisque Habitation et notamment l’assistance.

Lors d’un sinistre, l’assistance peut vous être d’un grand secours. Elle organise et prend en charge :

  • votre retour d’urgence, si votre présence est indispensable ;
  • l’hébergement de votre famille, si vous ne pouvez pas demeurer chez vous en raison de l’importance du sinistre ;
  • le déplacement de professionnels compétents, si des mesures d’urgence sont à prendre.

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

Véhicule

Quelle voiture pour demain ?

VOITURE_BORD-960x640.jpg

De plus en plus connectée, la voiture deviendra, dans les prochaines années, complètement autonome. Où en sont les progrès ? Quels sont les avantages de la conduite autonome ? Comment la loi et les assureurs s’adaptent-ils à cette (r)évolution ? Point sur les dernières innovations dans l’automobile.

Confortablement installé dans votre siège, vous lisez votre journal, dos à la route, pendant que votre voiture vous emmène au travail… Ne fantasmons pas, ce n’est pas encore pour demain… mais c’est pour bientôt !

La voiture 100 % autonome : pas avant 2030

Freinage d’urgence autonome, détecteur de collision, caméra de recul, stationnement automatique, régulateur de vitesse adaptatif… Des voitures équipées de systèmes sophistiqués circulent déjà grâce à des dispositifs d’aide à la conduite. Il faudra encore attendre 4 ou 5 ans avant que ne sortent des modèles pouvant conduire en autonomie, sous supervision d’un conducteur, et encore une dizaine d’années pour monter à bord d’un véhicule 100% autonome. En attendant, les tests se multiplient sur route et la « Google car » du géant américain se balade sur les routes de la Silicon Valley. D’après une étude du cabinet Oliver Wyman, près de 30% des voitures produites dans le monde seront partiellement ou totalement autonomes d’ici 2035.

Quels seront les avantages des voitures robots ?

Premier intérêt : la sécurité. Même si la fiabilité des capteurs n’est pas infaillible (en témoigne l’accident sur Tesla survenu en Floride en mai 2016), le véhicule autonome permettra d’améliorer sérieusement la sécurité routière. Sachant que, selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, l’erreur humaine est à l’origine de 90% des accidents, la voiture robot devrait rendre la route plus sûre.
Parmi les avantages, on prévoit une meilleure fluidité du trafic. Les conducteurs pourront transformer le temps perdu en embouteillage en temps efficient. Plus écologique aussi, les voitures autonomes intégreront des programmes optimisant la consommation d’énergie qui permettront de réduire la pollution.
Enfin, la voiture autonome redonnera de la mobilité aux personnes handicapées ou dépendantes.

Une réglementation qui s’assouplit en faveur de la conduite automatisée

En mars 2016, l’UNECE (United Nations Economic Commission for Europe) a ouvert la voie à la conduite automatisée en modifiant la Convention de Vienne sur la circulation routière qui datait de 1968*. Les systèmes de conduite automatisée sont désormais autorisés sur les routes, à condition qu’ils soient conformes aux règlements des Nations Unies sur les véhicules ou qu’ils puissent être contrôlés voire désactivés par le conducteur. D’autres avancées réglementaires (notamment sur les fonctions de direction à commande automatique) devraient voir le jour.
En août 2016, le gouvernement a officiellement autorisé, les expérimentations des voitures à délégation de conduite sur les routes françaises.

De leur côté, les assureurs travaillent sur la question des responsabilités

L’introduction de l’automatisation dans la voiture autonome soulève de sérieux problèmes de responsabilité. En effet, en cas d’accident, à qui la faute ? Au conducteur, au constructeur, à l’équipementier, à l’éditeur de logiciel… ? Les assureurs s’intéressent de près à la question.

Dans l’assurance automobile, les offres connectées se développent

Connexion automobile oblige, les assureurs commencent à proposer des applications connectées : après le « pay as you drive » (payez pour ce que vous conduisez) qui permet aux assurés de payer leur assurance en fonction du kilométrage, voici le « pay how you drive » (payez comme vous conduisez), une formule qui module le tarif de la cotisation, à la hausse ou à la baisse, en fonction du comportement de conduite. L’objectif : inciter les assurés à adopter une conduite respectueuse et responsable. Ces applications, reliées au GPS du smartphone, mesurent la vitesse, l’accélération, le freinage et même les virages. Déjà largement déployée en Italie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, l’assurance auto connectée n’en est encore qu’à ses balbutiements en France.

* Auparavant, la Convention de Vienne imposait que le conducteur soit continuellement maître de son véhicule et qu’il conserve les mains sur le volant.

> En savoir plus sur l’assurance auto Banque Populaire.