main

Santé

Les bons réflexes pour prévenir les incendies domestiques

risque-incendie-domestique-conseils.jpg

Un incendie domestique survient toutes les 7 minutes* avec des conséquences parfois dramatiques. Il suffirait pourtant d’appliquer quelques consignes de sécurité pour les éviter. Zoom sur les réflexes anti-incendie.

On compte plus de 76 000 incendies domestiques par an1 causant 10 000 blessés et 800 décès. Une fatalité ? Pas vraiment. Découvrez comment diminuer les risques d’incendie chez vous et comment réagir en cas de départ de feu.

Prévenir les risques d’incendie : 10 mesures de prudence

  1. Ne surchargez pas les prises électriques.
  2. Tenez les allumettes et les briquets hors de portée des enfants.
  3. Eteignez complètement bougies et cigarettes et ne fumez pas au lit,
  4. Réduisez le feu de cheminée et installez un pare-feu pour la nuit.
  5. Ne laissez rien sur le feu sans surveillance.
  6. Placez les produits inflammables loin des radiateurs, ampoules, plaques chauffantes…
  7. Ne laissez pas les appareils électriques en veille.
  8. Vérifiez vos installations d’électricité, de gaz périodiquement.
  9. Faites ramoner les conduits et les cheminées une fois par an.
  10. Equipez-vous d’un extincteur et gardez-le à portée de main.

Un détecteur de fumée pour être averti à temps

Votre logement doit être équipé d’au moins un détecteur de fumée (norme EN 14-604), obligatoire depuis 2015. Installez-le le plus haut possible dans un lieu de circulation à distance des sources de vapeur (cuisine, salle d’eau).

Un incendie sur 4 est dû à une installation électrique défectueuse*.
70 % des incendies mortels ont lieu la nuit*.

Bien réagir si un incendie se déclare chez vous 

Gardez votre calme. Si c’est un départ de feu, une bassine d’eau ou un extincteur peut suffire à le stopper. Si le feu a déjà pris et qu’une épaisse fumée se dégage, n’essayez pas de le maîtriser seul.

  • Faites sortir tout le monde par la sortie la plus proche et évacuez les lieux pour éviter les risques d’intoxication (par les fumées et gaz).
  • Fermez la porte de la pièce en feu et la porte d’entrée.
  • Ne prenez pas l’ascenseur et ne revenez jamais sur vos pas.
  • Une fois en sécurité, appelez les pompiers en composant le 18 ou le 112 (n° unique d’urgence européen).

Si l’incendie s’est déclaré en-dessous de chez vous ou sur votre palier

  • Fermez la porte, mouillez-la et placez des linges mouillés en bas.
  • Allez à la fenêtre pour que les secours puissent vous voir.
  • En cas de fumée dans la pièce, baissez-vous vers le sol (la fumée envahit d’abord les parties hautes) et couvrez-vous le nez et la bouche avec un linge humide pour éviter de respirer les fumées.

Si l’incendie est au-dessus de chez vous, sortez par l’issue la plus proche.

Les gestes qui peuvent sauver une personne qui prend feu

  • Roulez-la dans une couverture ou un tissu non synthétique ou couvrez-la.
  • Arrosez la victime avec de l’eau tiède pour refroidir les éventuelles brûlures.
  • N’essayez pas d’enlever des vêtements brûlés, ils collent à la peau.

Une protection complémentaire : la Multirisque des Accidents de la Vie (MAV)

Malgré toutes ces précautions, le feu est parfois inévitable. Protégez-vous, vous et votre famille, en souscrivant une garantie Multirisque des Accidents de la Vie (MAV). Cette assurance permet de limiter les conséquences financières d’un accident domestique en cas d’incapacité permanente ou de décès suite à un incendie domestique.

*Source : www.pompiers.fr – données année 2015 en France.

 

>En savoir plus

AssuranceLogement

Echanger son logement pour les vacances : quelles précautions prendre ?

Fotolia_84065217_S.jpg

L’échange de logement a le vent en poupe. Vous avez choisi cette formule pour les vacances ? Avant de partir, suivez ces quelques recommandations pour profiter pleinement de l’été.

Après avoir communiqué longuement, ça y est, vous avez trouvé votre partenaire d’échange ! Vous allez vivre une expérience inédite, basée sur la confiance mutuelle, essentielle dans l’échange de logement entre particuliers. Mais attention, même si la formule est conviviale, mieux vaut procéder à quelques vérifications d’usage…

Avant de conclure l’échange

  • Etudiez bien le descriptif du logement (photos, plans, équipements, rangements, emplacement, éloignement des transports, etc.) ;
  • n’hésitez pas à demander des détails et procéder à des vérifications sur le profil de vos partenaires ;
  • regardez les appréciations laissées par les précédents partenaires ;
  • communiquez plusieurs fois avec la famille d’échange (e-mail, téléphone, envoi de photos, Skype…).

Pour que tout soit clair, établir un contrat d’échange

Rédiger un contrat n’est pas une obligation mais cela permet de préciser les détails de l’échange : dates, nombre de personnes, espaces attribués, mise à disposition d’un véhicule, petits services (relève du courrier, arrosage des plantes…), conditions d’annulation, etc.

Avant de partir, prévenez votre assureur

  • Déclarez l’échange à votre assureur (période d’échange, noms des occupants, etc.).
  • Demandez si vous disposez bien d’une garantie responsabilité civile villégiature dans votre contrat d’assurance Multirisque Habitation. Sinon, faites-la ajouter.
En cas d’incendie, d’explosion ou de dégât des eaux, la garantie responsabilité civile villégiature couvre les dommages que vous pouvez causer, même si vous êtes hors de votre logement habituel. Vérifiez les montants des franchises, les plafonds de remboursement et les limites territoriales en cas d’échange avec l’étranger.
  • Faites-vous aussi confirmer que toutes les garanties de votre assurance Multirisque Habitation s’appliquent bien à la famille pendant votre absence, notamment la garantie responsabilité civile (en cas de dommages corporels provoqués par un défaut d’entretien de l’habitation).

Demandez à votre partenaire de faire les mêmes démarches de son côté

Les réglementations, notamment pour les assurances, sont différentes d’un pays à l’autre. Soyez vigilant si vous échangez votre logement avec un partenaire hors de l’Union européenne. Abordez ensemble la couverture des assurances de vos biens et les responsabilités respectives (ainsi que la question de la prise en charge de la franchise en cas de sinistre).

>En Savoir plus

Logement

Logement étudiant : comment s’assurer ?

logement_etudiant-960x641.jpg

C’est fait, vous avez enfin trouvé un logement à louer ! Chambre, studio ou appartement... dès la remise des clés, vous allez devoir l’assurer. Est-ce obligatoire ? Quels risques garantir ? Comment s’assurer en colocation ? Suivez le guide.

Dès que vous posez un pied dans votre nouveau logement, vous êtes responsable des dommages que vous pouvez causer, et ce, durant tout le temps de la location. Autrement dit, vous devrez réparer (et donc payer !) tous les dégâts occasionnés de votre fait. Il ne vous reste donc plus qu’à vous assurer correctement.

L’obligation de s’assurer en location

L’assurance des risques locatifs, garantie minimum, est obligatoire si vous louez un logement non meublé. Elle n’est pas obligatoire pour la location d’un logement en foyer, d’une location meublée ou saisonnière. Mais attention, vous êtes cependant responsable des dommages que vous pourriez causer. Il est donc fortement recommandé de vous assurer. Une attestation d’assurance vous sera d’ailleurs demandée quasi systématiquement lors de la remise des clés.

Pour quels risques faut-il s’assurer ?

Tout dépend de vos besoins, de la valeur de vos biens personnels (mobilier, objets, équipement, vêtements…) et du type d’habitation.

  • L’assurance des risques locatifs couvre les risques d’incendie, d’explosion et de dégâts des eaux causés à l’immeuble, mais pas les dommages causés aux voisins et aux tiers, ni ceux causés à vos biens.
  • La garantie recours des voisins et des tiers, optionnelle, mais souvent incluse dans l’assurance des risques locatifs, vous couvre si un sinistre survenant chez vous endommage les biens de vos voisins.
  • L’assurance multirisques habitation, la plus compète est vivement conseillée. Elle garantit, en plus des risques locatifs, vos biens personnels, les catastrophes naturelles et technologiques ; les attentats, émeutes et actes de terrorisme.
    Et en fonction des options choisies :

– la responsabilité civile vie privée ;
– le vol / vandalisme ;
– les appareils électriques ;
– bris de glace ;
– la protection juridique (utile en cas de litige avec un tiers !) ;
– des services d’assistance (aide à domicile en cas de maladie par exemple).

S’assurer en colocation

Au moins un des colocataires doit s’assurer pour les risques locatifs. Prudence cependant, car en cas de sinistre, chacun devra tout de même financer la réparation du préjudice (au prorata de sa contribution au loyer). Conclusion : tous les colocataires ont intérêt à s’assurer pour être indemnisés.

Deux possibilités s’offrent à vous. Soit vous souscrivez un seul et même contrat pour couvrir tous les colocataires, nommément désignés. Soit chacun souscrit une assurance, de préférence chez le même assureur pour faciliter les démarches en cas de sinistre.

Les points à vérifier avant de souscrire

Le propriétaire peut exiger une assurance des risques locatifs. Vérifiez donc systématiquement si cette obligation figure dans le contrat de location.

Par ailleurs, lisez attentivement le contrat et notamment :

  • les plafonds de garanties ;
  • le montant des franchises ;
  • les exclusions.

Certains dispositifs ou mesures de sécurité sont exigés par les assureurs (au niveau des serrures par exemple) pour bénéficier d’une indemnisation. Vérifiez bien les conditions générales du contrat.

Et si je ne m’assure pas ?

Le propriétaire peut souscrire lui-même une assurance pour votre compte et répercuter le montant de sa cotisation annuelle sur le montant de votre loyer mensuel – en appliquant éventuellement une majoration de 10% de la prime.

Cas du logement pendant des études à l’étranger

Si vous partez étudier à l’étranger moins de trois mois, vérifiez que vous disposez d’une extension « villégiature » dans votre contrat d’assurance habitation. Vérifiez aussi qu’elle couvre votre pays de destination. Sinon, demandez à votre assureur d’ajouter cette clause.
Si vous partez plus de trois mois, souscrivez un nouveau contrat, soit en France, soit dans le pays où vous partez. S’il s’agit d’un échange universitaire, renseignez-vous auprès de votre établissement scolaire.
Si vous gardez votre logement en France ou si vous le prêtez pendant votre séjour à l’étranger, pensez à le signaler à votre assureur.
Attention, en cas d’inoccupation du logement (variant de 30 à 90 jours), certaines assurances ne garantissent plus contre le vol.

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

LogementVacances

Protégez votre logement pendant les vacances

Proteger-son-logement-960x640.jpg

Vous attendez les vacances avec impatience. Oui, mais en votre absence, votre logement peut subir certains désagréments : vol, incendie, dégât des eaux... Pensez à bien sécuriser votre domicile avant de partir...

Prévenir les cambriolages

  • Demandez à un voisin ou à un ami de simuler une présence en ouvrant et fermant les volets matin et soir.
  • Installez un programmateur qui déclenche la lumière ou la radio.
  • Pensez à fermer l’ensemble de vos ouvertures (même situées en hauteur) lorsque vous vous absentez.
  • Privilégiez des systèmes de serrure multi points, équipez vos fenêtres de grilles ou de volets.
  • Inscrivez-vous à l’opération « tranquillité vacances » auprès de la police ou de la gendarmerie pour surveiller votre domicile.
  • Filmez ou prenez des photos de votre intérieur, mobilier et objets usuels, ce qui vous aidera à prouver la possession de ces biens en cas de cambriolage.
  • Placez vos biens de valeur (argent, bijoux, etc.) dans un coffre-fort ou à la banque.
  • N’annoncez pas votre départ en vacances sur les réseaux sociaux.
  • Faites transférer vos appels sur votre téléphone mobile Poste ; dans tous les cas ne signalez pas votre absence sur votre boîte aux lettres.
  • Faites relever le courrier ou faites-le garder par la Poste.
  • Equipez votre logement d’un système de télésurveillance. Dissuasif, il permet de limiter le risque d’intrusion ou le d’un vol

Eviter un dégât des eaux

  • Coupez le circuit d’eau pour éviter les fuites d’eau. Vérifiez ensuite que le compteur ne tourne plus.
  • Vérifiez que toutes les fenêtres sont bien fermées.
  • Sécurisez les zones inondables avec des sacs de sable.

Se prémunir contre l’incendie

  • Coupez l’arrivée de gaz.
  • Débranchez l’ensemble de vos appareils électriques pour éviter qu’en cas d’orage, le circuit électrique ne soit touché.
  • Mettez la chaudière en veille.

Vérifiez votre contrat d’assurance Multirisques Habitation

Relisez bien les conditions générales de votre contrat Multirisques Habitation. Généralement, vous êtes couvert pour les dommages liés aux vols, vandalisme, incendies, explosion, dégâts des eaux, tempête, grêle, bris de glace, catastrophes naturelles et technologiques. Mais les garanties varient selon les contrats.
Certaines assurances peuvent exiger un renforcement de moyens de protection et de sécurisation au niveau de l’habitation, comme des portes blindées ou des barreaux aux fenêtres par exemple, pour que la garantie vol joue en cas de cambriolage.

Votre indemnité pourrait être réduite également si vous ne respectez pas les mesures de précaution en cas de dégât des eaux.

Prenez avec vous le n° d’assistance mis à votre disposition par votre assureur : dans la plupart des contrats, votre retour d’urgence à domicile peut être organisé et pris en charge par votre assureur si la situation le nécessite.

> En savoir plus sur l’assurance habitation Banque Populaire.