main

AssuranceVéhicule

Assurer ma première voiture

Fotolia_136861556_M-960x640.jpg

Vous venez de décrocher votre permis de conduire ? Bravo ! A présent, vous allez souscrire une assurance en tant que jeune conducteur. Ce qu’il faut savoir avant de souscrire...

Qu’est-ce qu’un jeune conducteur ?

Vous êtes considéré comme un jeune conducteur si :

  • vous disposez de votre permis depuis moins de 3 ans,
  • ou vous n’avez jamais été assuré, même si vous avez votre permis depuis plus de 3 ans.

Comment est calculée la cotisation ?

Le montant de la cotisation (ou prime) va dépendre :

  • de l’étendue des garanties que vous allez choisir,
  • du conducteur (ancienneté du permis de conduire, âge, sinistres antérieurs si vous avez déjà conduit une autre voiture…)
  • du véhicule assuré (valeur, puissance, ancienneté…)
  • de l’usage (privé / professionnel), de la zone de circulation, etc.

Elle intègre un bonus / malus (pour vous de 0) qui permet aux conducteurs n’ayant pas eu d’accident pendant 12 mois d’obtenir une réduction de leur cotisation.

La surprime A moins d’avoir suivi la conduite accompagnée, l’assureur vous appliquera certainement une surprime pour compenser le risque supplémentaire qu’il prend en assurant un conducteur novice.

S’assurer « au tiers » ou tous risques ?

L’assurance « au tiers », comprend :

  • L’assurance responsabilité civile, obligatoire, couvre les dommages matériels et corporels que vous pourriez causer aux autres (y compris vos passagers).
  • La garantie dommages corporels au conducteur, non obligatoire, n’est pas toujours comprise dans l’assurance « au tiers », mais elle est fortement recommandée.
  • La garantie défense pénale et recours suite à accident.
  • L’assistance de base.

En fonction de l’ancienneté et de la valeur de votre véhicule, vous pouvez ensuite ajouter des garanties optionnelles complémentaires pour couvrir :

  • les dommages collision,
  • les dommages tous accidents,
  • le vol et l’incendie du véhicule,
  • les bris de glace,
  • les objets transportés, effets personnels, aménagements.
  • l’assurance protections juridique,
  • les prestations d’assistance…

L’assurance « tous risques », la plus complète, couvre tous les aléas automobiles (sauf exclusions).

Les pistes pour payer moins cher

  • Si vous faites peu de kilomètres dans l’année, souscrivez une assurance « petit rouleur » : vous aurez droit à un tarif préférentiel.
  • Si vous choisissez une voiture d’occasion de plus de 5 ans, prenez une assurance « au tiers ».
  • Optez pour une petite cylindrée car la cotisation grimpe avec la puissance du véhicule !
  • Si vous vous assurez pour conduire la voiture de vos parents, mettez-vous en conducteur secondaire sur leur contrat auto.
  • Si vous avez pratiqué la conduite accompagnée, vous avez une plus grande expérience de la conduite et bénéficiez d’avantages tarifaires (surprime divisée par deux).

Les devis varient énormément d’un assureur à l’autre, donc comparez bien les différentes offres, ça vaut le coup ! Epluchez l’étendue des garanties et les franchises. Sachez que vous disposez de 14 jours pour vous rétracter après la signature d’un contrat d’assurance auto.

 

>En savoir plus

AssuranceLogement

Echanger son logement pour les vacances : quelles précautions prendre ?

Fotolia_84065217_S.jpg

L’échange de logement a le vent en poupe. Vous avez choisi cette formule pour les vacances ? Avant de partir, suivez ces quelques recommandations pour profiter pleinement de l’été.

Après avoir communiqué longuement, ça y est, vous avez trouvé votre partenaire d’échange ! Vous allez vivre une expérience inédite, basée sur la confiance mutuelle, essentielle dans l’échange de logement entre particuliers. Mais attention, même si la formule est conviviale, mieux vaut procéder à quelques vérifications d’usage…

Avant de conclure l’échange

  • Etudiez bien le descriptif du logement (photos, plans, équipements, rangements, emplacement, éloignement des transports, etc.) ;
  • n’hésitez pas à demander des détails et procéder à des vérifications sur le profil de vos partenaires ;
  • regardez les appréciations laissées par les précédents partenaires ;
  • communiquez plusieurs fois avec la famille d’échange (e-mail, téléphone, envoi de photos, Skype…).

Pour que tout soit clair, établir un contrat d’échange

Rédiger un contrat n’est pas une obligation mais cela permet de préciser les détails de l’échange : dates, nombre de personnes, espaces attribués, mise à disposition d’un véhicule, petits services (relève du courrier, arrosage des plantes…), conditions d’annulation, etc.

Avant de partir, prévenez votre assureur

  • Déclarez l’échange à votre assureur (période d’échange, noms des occupants, etc.).
  • Demandez si vous disposez bien d’une garantie responsabilité civile villégiature dans votre contrat d’assurance Multirisque Habitation. Sinon, faites-la ajouter.
En cas d’incendie, d’explosion ou de dégât des eaux, la garantie responsabilité civile villégiature couvre les dommages que vous pouvez causer, même si vous êtes hors de votre logement habituel. Vérifiez les montants des franchises, les plafonds de remboursement et les limites territoriales en cas d’échange avec l’étranger.
  • Faites-vous aussi confirmer que toutes les garanties de votre assurance Multirisque Habitation s’appliquent bien à la famille pendant votre absence, notamment la garantie responsabilité civile (en cas de dommages corporels provoqués par un défaut d’entretien de l’habitation).

Demandez à votre partenaire de faire les mêmes démarches de son côté

Les réglementations, notamment pour les assurances, sont différentes d’un pays à l’autre. Soyez vigilant si vous échangez votre logement avec un partenaire hors de l’Union européenne. Abordez ensemble la couverture des assurances de vos biens et les responsabilités respectives (ainsi que la question de la prise en charge de la franchise en cas de sinistre).

>En Savoir plus

AssuranceVéhicule

Véhicule de location : quelle assurance choisir ?

Fotolia_66491451_S.jpg

Vous louez une voiture pour les vacances ? Au moment de signer le contrat, c’est l‘éternelle question : quelle assurance souscrire pour être bien couvert ? Alors, suivez ces quelques conseils pour bien vous assurer.

Accident, vol, bris de glace… Conduire une voiture de location dans des villes étrangères ou sur des routes inconnues n’est pas sans risques. Pour rouler l’esprit tranquille, mieux vaut faire le tour de ses assurances avant de partir.

L’assurance responsabilité civile

Les contrats de location des loueurs professionnels incluent l’assurance de base obligatoire : la responsabilité civile.

  • Elle couvre les dommages matériels ou corporels que vous pouvez causer à vos passagers ou à des tiers.
  • Elle ne couvre pas les dommages matériels causés au véhicule loué etles dommages corporels (et les conséquences financières) que vous pourriez subir.

Bon à savoir : Si vous sortez des frontières, vérifiez les pays exclus de la carte verte.

Les assurances complémentaires 

  • Le rachat de franchise

En cas de vol ou de dommage du véhicule, les loueurs sont assurés mais, il reste à votre charge une franchise qui peut être très élevée !
Moyennant quelques euros supplémentaires par jour, les loueurs proposent :

l’option CDW (Collision Damage Waiver), garantie responsabilité réduite en cas de collision ou dommage du véhicule, couvre le rachat partiel de franchise en cas de dommage du véhicule lié à une collision.

l’option TPC (Theft Protection Coverage) couvre le rachat partiel de franchise en cas de vol du véhicule.

En souscrivant à ces protections, vous réduirez le montant de la franchise. Vous pouvez même vous exonérer, totalement ou presque, de toute responsabilité financière en souscrivant le complément Super Cover couvrant jusqu’au rachat total de franchise en cas d’accident ou de vol du véhicule.

  • L’assurance du conducteur ou PAI (Personnal Accident Insurance) ou Super PAI propose des garanties plus ou moins étendues : dommages corporels, capital en cas de décès ou d’invalidité du conducteur et des passagers mais aussi assistance, frais médicaux d’urgence, vol des bagages…

Avant de signer, vérifiez que vous n’êtes pas assuré par ailleurs 

  • Les garanties carte bancaire haut de gamme

Rachat de franchise, assurance conducteur, assurance des bagages transportés, assistance… peuvent faire partie des garanties attachées à votre carte de paiement. Mais attention, pour qu’elles s’appliquent, vous devrez payer la location du véhicule avec votre carte !

  • Les extensions des assurances auto

Si vous êtes assurés pour votre véhicule personnel, vérifiez que vous ne bénéficiez pas d’une assurance dommages corporels du conducteur étendue à la conduite d’une voiture de location. Renseignez-vous auprès de votre assureur !

> En savoir plus:

AssuranceVéhicule

Partir en vacances avec une voiture électrique

Fotolia_79753939_S.jpg

Le déploiement des bornes de recharge publiques et l’augmentation de l’autonomie des voitures électriques permettent désormais de voyager 100% électrique. Suivez le guide...

Tesla, Renault Zoé, Peugeot iOn, Nissan LEAF, BMW i3,… Le marché des voitures électriques est en pleine croissance. Aujourd’hui, on compte près de 100 000 véhicules électriques1 en France et pas loin de 16 000 points de recharge accessibles au public2 (+ 57% par rapport à 2015). Et d’ici fin 2017, plus de 20 000 points publics de recharge seront installés sur une grande partie du territoire. Pas étonnant que de plus en plus d’automobilistes envisagent de longs trajets au volant de leur voiture électrique.

Circuler sur les petites routes…

Si vous avez prévu de partir en vacances en « électrique » cet été, c’est tout à fait faisable. Il suffit de préparer l’itinéraire pour aller d’une borne à l’autre : repérer les points de charge sur le parcours et prévoir un temps de trajet supérieur pour les arrêts aux bornes. Mais au final, quelle récompense de conduire en silence, sans vibrations… et surtout sans polluer !

Où recharger en Europe ?
Pour préparer votre itinéraire, des applications web et mobile comme ChargeMap.com proposent une carte des bornes de recharge.

Ou tracer sur autoroute…

Aujourd’hui, les conducteurs de voitures électriques peuvent s’aventurer sur les principaux axes autoroutiers français (une borne tous les 80 km environ). Près de 200 bornes de recharge rapide adaptées aux standards de prises du marché (CHAdeMO, Combo IIC/CS, AC triphasé et prise domestique E/F) permettent de recharger tous types de véhicules électriques sur le réseau des sociétés d’autoroutes.

En seulement 30 minutes, vous pourrez recharger votre véhicule électrique jusqu’à 80% !

Des astuces pour booster l’autonomie

  • Conduisez sans à-coups : limitez les accélérations et anticipez les freinages,
  • limitez votre vitesse en évitant l’autoroute,
  • climatisez pendant la charge,
  • évitez les charges trop importantes (galerie de toit, remorque…),
  • roulez vitres fermées.

Roulez l’esprit tranquille

L’autonomie des véhicules électriques est encore assez faible. Veillez à ce que les prestations d’assistance de votre contrat auto correspondent bien à vos besoins, notamment pour le dépannage et les frais de remorquage…

Que vous partiez en France ou à l’étranger, pour passer des vacances sereines, vérifiez également les garanties de votre contrat auto :

  • garantie dommages tous accidents ;
  • garantie vol, incendie, explosion, attentat ;
  • garantie contenu et équipement du véhicule.

Demandez conseil à votre assureur pour qu’il vous propose une formule adaptée.

1 Source : Avere-France / AAA data, 100 000 immatriculations cumulées depuis 2010. 2 Source : GIREVE, chiffres au 1er janvier 2017.

>En savoir plus

 

Assurance

A quoi sert la garantie protection juridique ?

Protection-juridique-960x551.jpg

Litige avec un commerçant, conflit de voisinage, vice caché... Pour un conseil ou pour défendre vos intérêts, la Protection Juridique s’avère particulièrement utile.

Dans le cadre privé ou professionnel, on a tous besoin, un jour ou l’autre, d’une aide juridique. Seulement voilà : on ne sait pas par où commencer et on manque de temps. Heureusement, l’assurance Protection Juridique est là pour défendre vos intérêts.

Dans quels cas intervient la Protection Juridique ?

Pour demander réparation d’un préjudice subi ou vous défendre si vous faites l’objet d’une réclamation, cette garantie intervient pour :

  • apporter une assistance juridique par téléphone,
  • trouver une solution amiable,
  • vous défendre devant les tribunaux ou vous représenter lors d’une procédure ;
  • prendre en charge les frais de justice (honoraires d’avocats, frais d’expertise, frais de procédure).
Bon à savoir : Dans le cadre d’un procès, l’assurance Protection Juridique propose un avocat mais vous êtes libre d’opter pour celui de votre choix.

Quels sont les domaines couverts par la Protection Juridique ?

La Protection Juridique agit pour les litiges et conflits de la vie quotidienne. ils peuvent être liés à :

  • votre habitation (conflits de voisinage, travaux, déménagement, relations avec propriétaire ou locataire ou la copropriété, travaux inachevés, casse lors d’un déménagement, expropriation…)  ;
  • votre véhicule (ou la copropriété, travaux inachevés, casse lors d’un déménagement, expropriation…) ;
  • la consommation de biens et de services (exemples : souci de livraison après une commande sur Internet, achat d’un produit défectueux, litige avec une agence de voyage…) ;
  • votre vie professionnelle en tant que salarié ou fonctionnaire (exemple : retard de paiement, désaccord avec l’employeur…) ;
  • l’administration et services publics : (exemples : problème de remboursement avec la sécurité sociale, impôts trop payés, réclamation auprès d’une caisse de retraite…) ;
  • les emplois familiaux (exemple : différend avec une garde d’enfants…) ;
  • les successions, legs, donations (exemple : désaccords ou mésentente entre les héritiers…) ;
  • la responsabilité médicale : (exemple : erreur médicale, victime d’une infection nosocomiale…) ;
  • autres litiges : location saisonnière, infractions pénales, activité associative, parking, filiation, adoption…

Qui est couvert ?

Généralement, tous les membres de votre famille (conjoint et enfants) sont assurés dans le cadre de la garantie Protection Juridique.

Quelles sont les limites de la garantie ?

La garantie de Protection Juridique couvre une large majorité de domaines mais en exclut certains comme les litiges liées au divorce, aux travaux couverts par les assurances dommages-ouvrage, à une faute intentionnelle de l’assuré, etc. Renseignez-vous avant de souscrire votre contrat.

Attention : les litiges survenus avant la date de souscription du contrat ne sont pas couverts.

L’assurance de Protection Juridique la plus complète fait l’objet d’un contrat spécifique intervenant dans de nombreux domaines (immobilier, automobile, consommation, travail, administration, médical…).

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

o   Protection Juridique

AssuranceLogement

Faites vos travaux en évitant les risques

Fotolia_81895775_S.jpg

Bricolage, jardinage : la période estivale est idéale pour se lancer dans les travaux. Chez soi ou dans son jardin, on se sent invulnérable. Pourtant, ces activités ne sont pas sans danger...

Chutes, coupures, brûlures, électrocutions, intoxications… Chaque année, 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d’un accident de bricolage et / ou jardinage1. Mais avec un minimum de vigilance, quelques réflexes simples et du matériel adapté, la plupart des accidents pourraient être évités.

Préparez les travaux avec précaution

  • Faites-vous conseiller par un vendeur pour acheter du matériel et des produits ;
  • lisez les étiquettes et le mode d’emploi du matériel et des produits ;
  • utilisez des outils adaptés et en bon état ;
  • portez une tenue et des équipements de protection adaptés :
    – des gants pour éviter coupures et brûlures,
    – des lunettes et un masque si vous utilisez des produits chimiques, des laines minérales ou des produits qui dégagent des poussières,
    – des protections auditives si vous utilisez des appareils bruyants,
    – des bottes ou des chaussures en caoutchouc,
  • retirez vos bijoux : une bague accrochée peut arracher un doigt ;
  • vérifiez que vos vaccins antitétaniques sont à jour.

Pendant les travaux de bricolage ou de jardinage

  • Travaillez dans un espace dégagé et éclairé ;
  • stabilisez bien escabeaux, échelles et échafaudages ;
  • ne désactivez jamais les dispositifs de sécurité des matériels ;
  • coupez l’électricité si vous travaillez sur les circuits électriques ;
  • débranchez les outils électriques dès que vous vous éloignez ;
  • éloignez les jeunes enfants et les animaux ;
  • éviter de planter certaines espèces de plantes toxiques (sorbier, buisson ardent, muguet, houx, rhododendrons, laurier rose…) ;
  • ne jamais débourrer une tondeuse non débrayée et arrêtée ;
  • n’utilisez jamais de liquide inflammable pour allumer ou raviver un barbecue et prévoyez de l’eau ou un extincteur à proximité ;
  • installez les jeux (portique, toboggan,…) en respectant les consignes de montage et entretenez-les ;
  • équipez votre piscine de dispositifs de sécurité pour prévenir les risques de noyade des jeunes enfants et ne les laissez jamais sans surveillance, même s’ils sont équipés de brassards,
  • placez en hauteur les produits dangereux et les produits phytosanitaires.
  • refermez les produits dangereux pour qu’ils ne s’évaporent pas ;
  • rangez vos outils de jardinage dans un local sécurisé.

Quelles démarches pour construire un abri de jardin ?

Si la surface est inférieure à 5m2 et la hauteur inférieure à 12 m, il n’y a besoin d’aucune autorisation. Au-delà, et en fonction de sa surface, de sa hauteur, et s’il est situé dans un secteur sauvegardé ou sur un site classé, il y aura besoin soit d’une déclaration préalable de travaux, soit d’un permis de construire.

Du point de vue des assurances, l’abri de jardin est considéré comme une dépendance. Vérifiez qu’une extension « dépendances » est intégrée à votre assurance Multirisque Habitation (MRH). Attention, souvent la garantie vol n’est pas incluse. Quoi qu’il en soit, déclarez votre abri de jardin à votre assureur.

Ne négligez pas l’assurance

Les blessures causées par le bricolage et le jardinage peuvent provoquer des séquelles graves. Les frais de santé et d’hospitalisation seront pris en charge par la Sécurité sociale et par votre éventuelle complémentaire santé. Mais  sans tiers responsable, ni les suites de l’accident (frais d’aménagement du logement et retour au domicile) ni les préjudices (esthétique, d’agrément, souffrances endurées), ni la perte de revenus, ne seront indemnisés. La Multirisque des Accidents de la Vie (MAV) intervient pour vous soutenir financièrement.

1 Source : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES)

>En savoir plus

AssuranceLogement

Chauffage : préparer son logement pour l’hiver

logement_hiver-960x640.jpg

Tous les ans, avant que le froid ne s’installe, il est nécessaire de faire vérifier vos appareils de chauffage.

En France, on compte environ 3 000 intoxications1 au monoxyde de carbone par an. En cause : les appareils de chauffage. Une bonne raison pour les faire contrôler à la veille de l’hiver.

Quels appareils de chauffage contrôler ?

  • Toutes les chaudières (fioul, gaz, bois, charbon, etc.) dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kW doivent faire l’objet d’un entretien tous les ans1 ;
  • les chauffe-eau et chauffe-bains ;
  • les inserts de cheminées, poêles ;
  • les chauffages d’appoint ;
  • les cuisinières (bois, charbon, gaz) ;
  • les groupes électrogènes à essence ou à fioul…

 

Le contrôle de la chaudière

  • L’entretien d’une chaudière individuelle doit être réalisé par un professionnel qualifié. Demandez une attestation d’entretien qui prouve que l’appareil est bien entretenu. Ce document sera demandé par l’assurance en cas de sinistre.
  • L’entretien d’une chaudière collective est à la charge du propriétaire ou du syndicat des copropriétaires de l’immeuble.

 

Le ramonage des conduits de cheminées

Il est obligatoire :

  • pour les chauffages au gaz et au fioul au moins une fois par an;
  • pour les chauffages au bois (foyers fermés, inserts, poêles) deux fois par an, dont une en période de chauffe.

Le règlement sanitaire de votre département indique le nombre de ramonages à faire chaque année. Consultez-le à la mairie ou à la préfecture.
Si vous ne le faites pas vous risquez une amende pouvant aller jusqu’à 450 €.
Il n’est pas obligatoire pour les chaudières étanches (à ventouse, VMC-gaz).

 

Autres conseils pour bien se chauffer l’hiver

  • N’obstruez jamais les entrées et sorties d’aération.
  • Ne jamais se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (cuisinière, braseros, barbecues, groupe électrogène…).
  • Utilisez un chauffage d’appoint au maximum 2 heures de suite et dans une pièce avec aération.
  • Avant de rallumer un appareil à combustion, respectez toujours les consignes d’utilisation indiquées dans les guides.
  • Aérez chaque jour votre logement pendant au moins 10 minutes.

 

Vérifiez votre contrat d’assurance habitation

Que vous soyez locataire ou propriétaire, assurez-vous que vous disposez d’une garantie incendie-explosion, incluse dans votre contrat d’assurance multirisque habitation.
Certains assureurs obligent l’assuré à mettre en place des mesures de sécurité (détecteur de fumée, ramonage, …) pour être mieux indemnisé.
Enfin, vérifiez régulièrement que les garanties figurant dans votre contrat d’assurance habitation couvrent correctement votre logement et vos biens.

1 décret n° 2009-649 du 9 juin 2009

 

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

o   Assurance Habitation 

Véhicule

Comment choisir son assurance auto ?

ASSURANCE_AUTO-1-960x640.jpg

Vous voulez changer d’assurance auto ? Vous vous assurez pour la première fois ? Vous achetez une nouvelle voiture ? Pas toujours évident de choisir un contrat d’assurance auto adapté. Voici un mode d’emploi pour y voir plus clair.

L’assurance « au tiers »

Incontournable, la garantie « Responsabilité civile » est l’assurance minimum obligatoire qui couvre les dommages matériels et corporels que vous pourriez causer aux tiers, avec votre voiture. Attention, elle ne couvre pas (donc n’indemnise pas !) les dommages matériels sur votre véhicule. Et généralement, vos propres dommages corporels ne sont pas couverts lorsque vous êtes responsable de l’accident ou sans responsable identifié. Enfin, votre assurance « au tiers » inclut quasi systématiquement une garantie défense – recours qui permet à votre assureur de vous représenter dans vos démarches en cas de litige.

  • Dans quel cas la souscrire ?
    Si votre véhicule est ancien et à faible valeur ou si vous roulez peu et que vous êtes à la recherche d’économies, l’assurance « au tiers » peut s’avérer suffisante. En cas de sinistre, vous ne serez en effet remboursé qu’à la hauteur de sa valeur le jour de l’accident. Consultez la cote Argus pour estimer la valeur de votre voiture, et faites un petit calcul pour voir si une assurance « tous risques » est valable.
    Cependant, pensez à bien vérifier que l’assurance « au tiers » que vous envisagez de souscrire comporte la garantie dommages corporels du conducteur. Dans tous les cas, les dommages matériels subis par votre véhicule ne sont pas couverts : on ne vous indemnisera pas si vous êtes blessé ou si votre véhicule est volé par exemple. En cas de sinistre, si vous n’êtes pas responsable de l’accident, vous serez remboursé dans la limite de la valeur de votre voiture.

Vous pouvez néanmoins souscrire à des garanties complémentaires pouvant permettre une indemnisation pour la remise en état de votre véhicule

L’assurance « tous risques »

La plus étendue, elle garantit des dommages causés aux tiers, les dommages matériels subis par votre véhicule, que vous en soyez responsable ou non. L’assurance « tous risques » comporte plus ou moins de garanties et d’options (protection juridique, véhicule de remplacement, vol du contenu du véhicule, dommages corporels du conducteur, etc.) selon les assureurs.

  • Dans quel cas la souscrire ?
    Si votre voiture est neuve ou si sa valeur Argus est élevée, si vous êtes souvent sur la route ou si vous souhaitez tout simplement couvrir le plus de risques possibles, optez pour une assurance « tous risques ».

Les principales garanties facultatives

Si vous trouvez l’assurance « tous risques » trop étendue mais que vous souhaitez tout de même être bien assuré, souscrivez l’assurance « au tiers » et complétez-la avec des garanties qui correspondront à votre profil.

  • La garantie conducteur couvre les dommages corporels que vous pourriez subir en tant que conducteur du véhicule, même si vous êtes responsable de l’accident. Elle est indispensable afin de faire face en cas d’invalidité permanente après un accident.
  • La garantie dommage collision couvre les dommages matériels subis par votre véhicule, en cas de collision avec un piéton, un véhicule ou un animal (dont le propriétaire est identifié),
  • La garantie vol – incendie vous rembourse soit la valeur de votre véhicule au jour du sinistre, soit une valeur fixée par contrat.
  • La garantie bris de glaces couvre les dommages causés au pare-brise et, en fonction des contrats, aux vitres latérales, vitres arrières, toit ouvrant, voire les optiques de phares et rétroviseurs… Une garantie intéressante si vous ne disposez pas de garage !
  • La garantie assistance propose un dépannage (parfois dès 0 km) pour rapatrier votre véhicule jusqu’à un garage. Quasiment indispensable, car neuve ou ancienne, votre voiture n’est jamais à l’abri d’un pépin mécanique.
  • Le prêt du volant n’est pas autorisé dans tous les contrats d’assurance, et s’il l’est, toutes les situations ne sont peut-être pas couvertes. Avant de prêter votre véhicule à un tiers, vérifiez dans quelles conditions vous pouvez le faire.
  • Les contrats d’assurance auto diffèrent d’un assureur à l’autre. Bien sûr, plus ils comportent de garanties  et d’options, plus ils sont chers. Il vous appartient d’évaluer la valeur de votre véhicule, vos habitudes de conduite, votre environnement et vos besoins, pour choisir la bonne formule. Comparez toujours les contrats proposés  avant de souscrire : étendue des garanties, franchises, plafond des remboursements, exclusions… Quelques dizaines d’euros de plus font parfois vraiment la différence pour disposer de solides garanties.

> En savoir plus sur l’assurance Auto Banque Populaire