main

AssuranceVéhicule

Que faire en cas de collision avec un animal sauvage ?

accident_animal_sauvage.jpg

On apprécie rouler sur les routes de campagnes, et par habitude on se méfie souvent des trajectoires sinueuses et du manque de visibilité. Il est vrai  que l’on a tendance à moins prêter attention aux panneaux indiquant la présence d’animaux sauvages. On peut penser qu’un accident de ce type reste anecdotique, et pourtant chaque année on compte des dizaines de milliers d’accidents … Si cela vous arrive, vous saurez comment agir.

Ne faites rien seul, protégez le périmètre et alertez les autorités compétentes

L’appellation « animaux sauvages » comprend tous les animaux non domestiques de type sangliers, cerfs, chevreuils. Si vous avez un accident avec un animal sauvage vous devez en premier lieu vous protéger et protéger le périmètre accidenté avec votre gilet jaune et triangle de signalisation. Ensuite, avertissez les autorités compétentes (police ou gendarmerie selon la zone) qui attesteront de l’accident, vous remettront une déclaration à transmettre à votre assureur et pourront s’occuper de la dépouille de l’animal si l’accident lui est mortel.

S’il y a des blessés, il est impératif de ne pas intervenir et de contacter les services de secours (Samu ou pompier).

Un garde-chasse peut également réaliser l’attestation adéquate.

Déclarez l’accident à votre assureur

Une fois les autorités compétentes alertées, vous devez informer votre assureur automobile afin de bénéficier de l’assistance si besoin et lui déclarer l’accident. Sous 5 jours ouvrables, à partir de la date de l’accident, vous lui remettrez la déclaration ainsi que des explications supplémentaires si nécessaire.

Dégâts Dommages du véhicule :

  • Si vous êtes assuré «  tous risques », les dommages de votre véhicule seront pris en charge par votre assurance. L’assureur pourrait retenir une franchise selon le contrat souscrit. Si les éléments de preuves retenus sont suffisants et confirment le choc avec l’animal sauvage, votre coefficient de bonus/malus ne sera pas impacté.
  • Si vous êtes assuré au « tiers » ou avec une « garantie dommages collision », l’assurance ne vous indemnisera pas.

Blessures du conducteur :

Si vous disposez d’une « garantie dommages corporels du conducteur », votre assurance pourra vous indemniser. Si vous n’êtes pas couvert intégralement, le « Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages » (FGAO) pourra prendre en charge le complément si vous en faîtes la demande pendant le délai légal.

Vous pouvez demander à votre assureur de constituer ce dossier.

Blessures des passagers :

Les dommages corporels causés aux passagers sont pris en charge par votre Garantie Responsabilité Civile qui est obligatoire dans votre assurance.

Vous avez évité l’accident mais êtes allé dans le fossé ?

Si vous êtes blessé et que vous détenez une garantie « Dommage corporel du conducteur », vous serez couvert par votre assurance auto. Généralement incluse dans les contrats d’assurance, vérifiez que vous la détenez bien ou que vous bénéficiez d’une garantie similaire.
Le FGAO, n’intervient qu’en cas de collision avec un animal sauvage et ne sera d’aucun recours dans ce cas de figure.
Si votre véhicule est endommagé, dans cette situation, l’assureur pourrait considérer cela comme une faute commise par le conducteur. Pour être couvert vous devez avoir souscrit à une assurance « tous risques ».

Lors de vos prochains trajets, pensez à réduire votre vitesse à la vue de ces panneaux. Vous réduirez considérablement le risque de vous mettre en danger vous et vos passagers et de blesser ces animaux.

Sources :
www.service-public.fr

www.ffa-assurance.fr

AssuranceLoisirsVéhicule

Circuler en vélo : comment bien s’assurer ?

Circuler-en-vélo-960x638.jpg

Alternative à la voiture, idéal pour le sport et les loisirs, la pratique du vélo se développe. Elle s’accompagne néanmoins de certains risques qu’il vaut mieux assurer. Accident de vélo, responsabilité, assurance : mode d’emploi.

En 2015, les Français ont acheté 2,9 millions1 de vélos ! Logique : le  vélo c’est rapide, pratique, économique, bon pour la santé et pour l’environnement… Pas étonnant que la petite reine se développe sur le territoire, notamment en milieu urbain comme à Strasbourg, La Rochelle ou Bordeaux. N’oublions pas cependant que la pratique du vélo comporte certains dangers : chaque année en France, environ 4 000 cyclistes sont victimes d’un accident et plus de 160 sont tués2. Alors prudence en pédalant. Vérifiez qu’en cas d’accident, vous êtes bien assuré(e) et dans quels cas vous êtes indemnisé…

Vous avez un accident avec un véhicule

L’assurance auto du véhicule vous indemnisera toujours pour des dommages corporels, sauf si vous avez commis une faute inexcusable et qu’elle est la cause exclusive de l’accident (ce qui arrive exceptionnellement). Les dégâts sur votre vélo ou vos vêtements vous seront également remboursés si vous n’avez pas commis de faute de circulation.

Qu’est-ce que la faute inexcusable ?

C’est une faute « volontaire d’une exceptionnelle gravité exposant sans raison valable son auteur à un danger dont il aurait dû avoir conscience ». Elle n’est pas opposable aux moins de 16 ans, plus de 70 ans ou titulaires d’un titre d’invalidité au moins égal à 80 %.

Vous avez un accident avec un autre cycliste ou un piéton

Vous serez indemnisé par la garantie responsabilité civile du cycliste ou du piéton qui vous a causé le dommage corporel ou matériel.

Vous avez un accident sans tiers responsable (vous chutez seul par exemple)

Vous serez remboursé des frais de soins ou d’hospitalisation par l’Assurance maladie et par votre complémentaire santé.

S’il s’agit d’un accident plus grave avec séquelles (arrêt de travail, invalidité, incapacité,… voire décès), l’indemnisation sera insuffisante. Dans ce cas, vous aurez intérêt à avoir souscrit une assurance individuelle accidents ou une Garantie des Accidents de la Vie (GAV).

Si votre enfant a un accident de vélo, vous pourrez faire jouer l’assurance extrascolaire. 

Vous percutez un piéton ou un autre vélo

C’est la garantie responsabilité civile de votre contrat multirisques habitation qui jouera. Vérifiez qu’elle soit bien incluse dans votre contrat et qu’elle n’exclut pas la pratique du vélo. Sinon, demandez une extension à votre assureur.

Votre vélo est volé ou cassé

S’il est volé avec effraction dans votre logement (y compris cave ou garage), vous serez indemnisé grâce à votre assurance multirisques habitation.

S’il est volé ou endommagé en dehors du logement assuré, vous devrez avoir souscrit soit :

  • une extension de garantie dans votre contrat multirisques habitation ;
  • un contrat d’assurance spécifique vélo pour le vol et la casse ;
  • une assurance liée à une licence sportive.

Certaines sont conditionnées à l’installation d’un antivol haute résistance.

Le cas des vélos en libre-service

Attention, les vélos loués en libre-service ne sont généralement pas assurés. Vérifiez que vous êtes bien assuré en responsabilité civile. Pour le vol, consultez les conditions générales du loueur.

1 Source : Univelo / FPS communiqué de presse 8 avril 2016.
2 Source : Fédération française de l’assurance.

AssuranceLoisirs

Quelle assurance pour le ski ?

assurance_ski-960x622.jpg

Entorses, fractures, traumatismes crâniens... L'hiver dernier, 150 000 blessés¹ ont été pris en charge par l’association Médecins de Montagne en France. Comment faut-il s’assurer pour le ski ? Sur les pistes des assurances...

Responsabilité civile, dommages corporels, assistance (recherche, secours, rapatriement) mais aussi interruption de séjour, bris de matériel… Epluchez vos contrats assurances avant de partir aux sports d’hiver.

  • La garantie responsabilité civile, incluse dans les contrats multirisques habitation, vous couvre si vous causez un accident à un autre skieur. Mais si vous vous blessez en chutant seul à ski, votre garantie RC ne vous couvre pas !
  • L’assurance individuelle accident ou garantie accidents de la vie couvre les dommages corporels que vous pouvez subir. Si l’accident entraîne une invalidité, voire un décès, ces garanties prévoient le versement d’un capital.
  • L’assurance complémentaire santé ou mutuelle santé prend en charge les frais d’hospitalisation et les soins occasionnés à la suite d’un accident.
  • L’assurance des cartes bancaires haut de gamme (Visa Premier, Platinum, Infinite, Gold Mastercard ou Platinum MasterCard….) couvre généralement :
  • la responsabilité civile,
  • les frais médicaux,
  • les frais de recherche, de secours et d’évacuation,
  • les frais de défense recours,
  • les frais de forfaits et cours de ski non utilisés suite à un accident,
  • les frais de location (pour une durée maximale de 8 jours) de skis ou chaussures de remplacement suite au bris accidentel de ses propres skis ou chaussures,

à condition de payer les prestations (cours, forfaits…) avec ladite carte.

  • L’assurance ski des assureurs, vous permet, en cas d’accident, d’être remboursé de votre forfait de remontées mécaniques, des cours de ski non utilisés, de la location de votre matériel, de l’indemnisation des dommages causés à un autre skieur. Elle inclut également un service d’assistance-rapatriement.
  • Les assurances « Neige » remontées mécanique ou la licence Carte Neige (annuelle) des Clubs de la Fédération française de ski, proposent des garanties d’assurance et d’assistance très complètes (remboursement complémentaire des frais médicaux et d’hospitalisation, des forfaits et/ou cours de ski, rapatriement…). Elles sont en vente dans les stations de sports d’hiver.

Ce qu’il faut vérifier dans vos assurances

  • les activités couvertes et les exclusions, surtout si vous êtes adepte de hors-piste, freestyle, freeride, ou backcountry… La plupart des assurances n’assure pas le hors-piste!
  • les plafonds d’indemnisation ;
  • le montant des franchises ;
  • les personnes couvertes ;
  • la prise en charge des frais de recherche, secours, rapatriement ;
  • la prise en charge à l’étranger, le cas échéant.

Conclusion ? Si vous disposez d’une carte bancaire haut de gamme, pas d’inquiétude, vous et votre famille êtes couverts aussi bien qu’avec une assurance « Neige » ou une Carte Neige à condition de payer les prestations (cours, forfaits, location, etc.) avec. Si vous possédez une carte bancaire classique, et que vous n’avez pas d’assurance individuelle accident ou garantie accidents de la vie, complétez vos garanties.

1 Source : Médecins de montagne Chiffres 2014-2015

 

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :