main

AssuranceLogementLoisirs

Les objets connectés, gadget ou réelle utilité ?

Objets-connectés.jpg

Ils sont présents dans vos poches, à vos poignets et de plus en plus dans vos maisons. Sont-ils de simples gadgets ou peuvent-ils réellement améliorer votre habitat ?

Facilitez votre quotidien

Vous trouvez vos dépenses énergétiques trop importantes ? Pourtant vous pouvez y remédier d’un simple geste en gérant à distance vos radiateurs et vos lumières, depuis votre smartphone. Éteignez-les, allumez-les, programmez-les… A vous les économies !

Vous voulez réaliser votre gâteau préféré mais malheur, il vous manque des œufs pour votre préparation ? Avec les frigos connectés, vous pouvez anticiper les manques, sans même y penser. Disposant d’une caméra embarquée ils scannent tous vos produits, les répertorient et vous alertent en cas de stock faible d’un aliment. Ensuite, d’un simple geste vous pouvez effectuer une nouvelle commande via un magasin partenaire, le tout depuis l’écran tactile de votre frigo.

A vous les gâteaux au chocolat ! Alors, gadget ou utile ?

Renforcez votre sécurité

Vous vous sentez capable de gérer seul votre éclairage, chauffage et vos courses, mais qu’en est-il de votre sécurité ?

Chaque année, plus de 380.000 cambriolages sont déclarés en France, soit un toutes les 90 secondes. Armez-vous contre cela, grâce aux objets connectés !

Ding Dong* « Personne ? Ok on entre ! », tel est le mode opératoire le plus fréquent des cambrioleurs, alors quoi de mieux qu’un interphone connecté pour les-en empêcher ? Vous êtes alerté sur votre smartphone lorsqu’une personne sonne, et grâce à la caméra vous pouvez l’identifier et activer l’alarme si elle vous semble suspecte.

Pour optimiser la sécurité de votre maison, vous pouvez également combiner cela avec des ampoules connectées. Et non, elles ne servent pas uniquement à être allumées et éteintes à distance, elles permettent aussi de détecter vos habitudes de vie et simuler votre présence en cas d’absence. Vous n’êtes pas là et les ampoules détectent un mouvement ? Vous en êtes alerté immédiatement et pouvez déclencher l’alarme !

Et pour une sécurité maximale, complétez tout cela avec le boitier de serrure connecté. Vous n’aurez plus à vous demander si vous avez fermé clé ou non votre porte, elle se verrouille automatiquement. Et pour la déverrouiller, il vous suffit d’utiliser votre smartphone, et ça fonctionne même à distance.
Quelqu’un essaie d’entrer ? Vous recevez une alerte sur votre smartphone.

Alors convaincu ?

Dans la majorité des cas, l’assureur n’applique pas la franchise en cas de vol si l’habitation est protégée par une télésurveillance

Si vous êtes convaincu, votre assureur habitation le sera également.
L’installation d’une alarme connectée, que ce soit par un système de visiophone, d’ampoules, de serrure ou autre, renforce la sécurité de votre maison. Lorsque vous êtes munis de tels dispositifs, il faut en informer votre assureur.

Cette sécurité renforcée diminue le risque d’infractions et de cambriolages dans votre domicile, car vous êtes prévenus et pouvez agir rapidement, tout en dissuadant les cambrioleurs de rentrer chez vous.

Sources :
www.objetconnecte.net 
www.objetconnecte.net
www.la-croix.com

Logement

Logement étudiant : comment s’assurer ?

logement_etudiant-960x641.jpg

C’est fait, vous avez enfin trouvé un logement à louer ! Chambre, studio ou appartement... dès la remise des clés, vous allez devoir l’assurer. Est-ce obligatoire ? Quels risques garantir ? Comment s’assurer en colocation ? Suivez le guide.

Dès que vous posez un pied dans votre nouveau logement, vous êtes responsable des dommages que vous pouvez causer, et ce, durant tout le temps de la location. Autrement dit, vous devrez réparer (et donc payer !) tous les dégâts occasionnés de votre fait. Il ne vous reste donc plus qu’à vous assurer correctement.

L’obligation de s’assurer en location

L’assurance des risques locatifs, garantie minimum, est obligatoire si vous louez un logement non meublé. Elle n’est pas obligatoire pour la location d’un logement en foyer, d’une location meublée ou saisonnière. Mais attention, vous êtes cependant responsable des dommages que vous pourriez causer. Il est donc fortement recommandé de vous assurer. Une attestation d’assurance vous sera d’ailleurs demandée quasi systématiquement lors de la remise des clés.

Pour quels risques faut-il s’assurer ?

Tout dépend de vos besoins, de la valeur de vos biens personnels (mobilier, objets, équipement, vêtements…) et du type d’habitation.

  • L’assurance des risques locatifs couvre les risques d’incendie, d’explosion et de dégâts des eaux causés à l’immeuble, mais pas les dommages causés aux voisins et aux tiers, ni ceux causés à vos biens.
  • La garantie recours des voisins et des tiers, optionnelle, mais souvent incluse dans l’assurance des risques locatifs, vous couvre si un sinistre survenant chez vous endommage les biens de vos voisins.
  • L’assurance multirisques habitation, la plus compète est vivement conseillée. Elle garantit, en plus des risques locatifs, vos biens personnels, les catastrophes naturelles et technologiques ; les attentats, émeutes et actes de terrorisme.
    Et en fonction des options choisies :

– la responsabilité civile vie privée ;
– le vol / vandalisme ;
– les appareils électriques ;
– bris de glace ;
– la protection juridique (utile en cas de litige avec un tiers !) ;
– des services d’assistance (aide à domicile en cas de maladie par exemple).

S’assurer en colocation

Au moins un des colocataires doit s’assurer pour les risques locatifs. Prudence cependant, car en cas de sinistre, chacun devra tout de même financer la réparation du préjudice (au prorata de sa contribution au loyer). Conclusion : tous les colocataires ont intérêt à s’assurer pour être indemnisés.

Deux possibilités s’offrent à vous. Soit vous souscrivez un seul et même contrat pour couvrir tous les colocataires, nommément désignés. Soit chacun souscrit une assurance, de préférence chez le même assureur pour faciliter les démarches en cas de sinistre.

Les points à vérifier avant de souscrire

Le propriétaire peut exiger une assurance des risques locatifs. Vérifiez donc systématiquement si cette obligation figure dans le contrat de location.

Par ailleurs, lisez attentivement le contrat et notamment :

  • les plafonds de garanties ;
  • le montant des franchises ;
  • les exclusions.

Certains dispositifs ou mesures de sécurité sont exigés par les assureurs (au niveau des serrures par exemple) pour bénéficier d’une indemnisation. Vérifiez bien les conditions générales du contrat.

Et si je ne m’assure pas ?

Le propriétaire peut souscrire lui-même une assurance pour votre compte et répercuter le montant de sa cotisation annuelle sur le montant de votre loyer mensuel – en appliquant éventuellement une majoration de 10% de la prime.

Cas du logement pendant des études à l’étranger

Si vous partez étudier à l’étranger moins de trois mois, vérifiez que vous disposez d’une extension « villégiature » dans votre contrat d’assurance habitation. Vérifiez aussi qu’elle couvre votre pays de destination. Sinon, demandez à votre assureur d’ajouter cette clause.
Si vous partez plus de trois mois, souscrivez un nouveau contrat, soit en France, soit dans le pays où vous partez. S’il s’agit d’un échange universitaire, renseignez-vous auprès de votre établissement scolaire.
Si vous gardez votre logement en France ou si vous le prêtez pendant votre séjour à l’étranger, pensez à le signaler à votre assureur.
Attention, en cas d’inoccupation du logement (variant de 30 à 90 jours), certaines assurances ne garantissent plus contre le vol.

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

LogementVacances

Protégez votre logement pendant les vacances

Proteger-son-logement-960x640.jpg

Vous attendez les vacances avec impatience. Oui, mais en votre absence, votre logement peut subir certains désagréments : vol, incendie, dégât des eaux... Pensez à bien sécuriser votre domicile avant de partir...

Prévenir les cambriolages

  • Demandez à un voisin ou à un ami de simuler une présence en ouvrant et fermant les volets matin et soir.
  • Installez un programmateur qui déclenche la lumière ou la radio.
  • Pensez à fermer l’ensemble de vos ouvertures (même situées en hauteur) lorsque vous vous absentez.
  • Privilégiez des systèmes de serrure multi points, équipez vos fenêtres de grilles ou de volets.
  • Inscrivez-vous à l’opération « tranquillité vacances » auprès de la police ou de la gendarmerie pour surveiller votre domicile.
  • Filmez ou prenez des photos de votre intérieur, mobilier et objets usuels, ce qui vous aidera à prouver la possession de ces biens en cas de cambriolage.
  • Placez vos biens de valeur (argent, bijoux, etc.) dans un coffre-fort ou à la banque.
  • N’annoncez pas votre départ en vacances sur les réseaux sociaux.
  • Faites transférer vos appels sur votre téléphone mobile Poste ; dans tous les cas ne signalez pas votre absence sur votre boîte aux lettres.
  • Faites relever le courrier ou faites-le garder par la Poste.
  • Equipez votre logement d’un système de télésurveillance. Dissuasif, il permet de limiter le risque d’intrusion ou le d’un vol

Eviter un dégât des eaux

  • Coupez le circuit d’eau pour éviter les fuites d’eau. Vérifiez ensuite que le compteur ne tourne plus.
  • Vérifiez que toutes les fenêtres sont bien fermées.
  • Sécurisez les zones inondables avec des sacs de sable.

Se prémunir contre l’incendie

  • Coupez l’arrivée de gaz.
  • Débranchez l’ensemble de vos appareils électriques pour éviter qu’en cas d’orage, le circuit électrique ne soit touché.
  • Mettez la chaudière en veille.

Vérifiez votre contrat d’assurance Multirisques Habitation

Relisez bien les conditions générales de votre contrat Multirisques Habitation. Généralement, vous êtes couvert pour les dommages liés aux vols, vandalisme, incendies, explosion, dégâts des eaux, tempête, grêle, bris de glace, catastrophes naturelles et technologiques. Mais les garanties varient selon les contrats.
Certaines assurances peuvent exiger un renforcement de moyens de protection et de sécurisation au niveau de l’habitation, comme des portes blindées ou des barreaux aux fenêtres par exemple, pour que la garantie vol joue en cas de cambriolage.

Votre indemnité pourrait être réduite également si vous ne respectez pas les mesures de précaution en cas de dégât des eaux.

Prenez avec vous le n° d’assistance mis à votre disposition par votre assureur : dans la plupart des contrats, votre retour d’urgence à domicile peut être organisé et pris en charge par votre assureur si la situation le nécessite.

> En savoir plus sur l’assurance habitation Banque Populaire.