main

AssuranceVéhicule

Que faire en cas de collision avec un animal sauvage ?

accident_animal_sauvage.jpg

On apprécie rouler sur les routes de campagnes, et par habitude on se méfie souvent des trajectoires sinueuses et du manque de visibilité. Il est vrai  que l’on a tendance à moins prêter attention aux panneaux indiquant la présence d’animaux sauvages. On peut penser qu’un accident de ce type reste anecdotique, et pourtant chaque année on compte des dizaines de milliers d’accidents … Si cela vous arrive, vous saurez comment agir.

Ne faites rien seul, protégez le périmètre et alertez les autorités compétentes

L’appellation « animaux sauvages » comprend tous les animaux non domestiques de type sangliers, cerfs, chevreuils. Si vous avez un accident avec un animal sauvage vous devez en premier lieu vous protéger et protéger le périmètre accidenté avec votre gilet jaune et triangle de signalisation. Ensuite, avertissez les autorités compétentes (police ou gendarmerie selon la zone) qui attesteront de l’accident, vous remettront une déclaration à transmettre à votre assureur et pourront s’occuper de la dépouille de l’animal si l’accident lui est mortel.

S’il y a des blessés, il est impératif de ne pas intervenir et de contacter les services de secours (Samu ou pompier).

Un garde-chasse peut également réaliser l’attestation adéquate.

Déclarez l’accident à votre assureur

Une fois les autorités compétentes alertées, vous devez informer votre assureur automobile afin de bénéficier de l’assistance si besoin et lui déclarer l’accident. Sous 5 jours ouvrables, à partir de la date de l’accident, vous lui remettrez la déclaration ainsi que des explications supplémentaires si nécessaire.

Dégâts Dommages du véhicule :

  • Si vous êtes assuré «  tous risques », les dommages de votre véhicule seront pris en charge par votre assurance. L’assureur pourrait retenir une franchise selon le contrat souscrit. Si les éléments de preuves retenus sont suffisants et confirment le choc avec l’animal sauvage, votre coefficient de bonus/malus ne sera pas impacté.
  • Si vous êtes assuré au « tiers » ou avec une « garantie dommages collision », l’assurance ne vous indemnisera pas.

Blessures du conducteur :

Si vous disposez d’une « garantie dommages corporels du conducteur », votre assurance pourra vous indemniser. Si vous n’êtes pas couvert intégralement, le « Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages » (FGAO) pourra prendre en charge le complément si vous en faîtes la demande pendant le délai légal.

Vous pouvez demander à votre assureur de constituer ce dossier.

Blessures des passagers :

Les dommages corporels causés aux passagers sont pris en charge par votre Garantie Responsabilité Civile qui est obligatoire dans votre assurance.

Vous avez évité l’accident mais êtes allé dans le fossé ?

Si vous êtes blessé et que vous détenez une garantie « Dommage corporel du conducteur », vous serez couvert par votre assurance auto. Généralement incluse dans les contrats d’assurance, vérifiez que vous la détenez bien ou que vous bénéficiez d’une garantie similaire.
Le FGAO, n’intervient qu’en cas de collision avec un animal sauvage et ne sera d’aucun recours dans ce cas de figure.
Si votre véhicule est endommagé, dans cette situation, l’assureur pourrait considérer cela comme une faute commise par le conducteur. Pour être couvert vous devez avoir souscrit à une assurance « tous risques ».

Lors de vos prochains trajets, pensez à réduire votre vitesse à la vue de ces panneaux. Vous réduirez considérablement le risque de vous mettre en danger vous et vos passagers et de blesser ces animaux.

Sources :
www.service-public.fr

www.ffa-assurance.fr

AssuranceVéhicule

Assurer ma première voiture

Fotolia_136861556_M-960x640.jpg

Vous venez de décrocher votre permis de conduire ? Bravo ! A présent, vous allez souscrire une assurance en tant que jeune conducteur. Ce qu’il faut savoir avant de souscrire...

Qu’est-ce qu’un jeune conducteur ?

Vous êtes considéré comme un jeune conducteur si :

  • vous disposez de votre permis depuis moins de 3 ans,
  • ou vous n’avez jamais été assuré, même si vous avez votre permis depuis plus de 3 ans.

Comment est calculée la cotisation ?

Le montant de la cotisation (ou prime) va dépendre :

  • de l’étendue des garanties que vous allez choisir,
  • du conducteur (ancienneté du permis de conduire, âge, sinistres antérieurs si vous avez déjà conduit une autre voiture…)
  • du véhicule assuré (valeur, puissance, ancienneté…)
  • de l’usage (privé / professionnel), de la zone de circulation, etc.

Elle intègre un bonus / malus (pour vous de 0) qui permet aux conducteurs n’ayant pas eu d’accident pendant 12 mois d’obtenir une réduction de leur cotisation.

La surprime A moins d’avoir suivi la conduite accompagnée, l’assureur vous appliquera certainement une surprime pour compenser le risque supplémentaire qu’il prend en assurant un conducteur novice.

S’assurer « au tiers » ou tous risques ?

L’assurance « au tiers », comprend :

  • L’assurance responsabilité civile, obligatoire, couvre les dommages matériels et corporels que vous pourriez causer aux autres (y compris vos passagers).
  • La garantie dommages corporels au conducteur, non obligatoire, n’est pas toujours comprise dans l’assurance « au tiers », mais elle est fortement recommandée.
  • La garantie défense pénale et recours suite à accident.
  • L’assistance de base.

En fonction de l’ancienneté et de la valeur de votre véhicule, vous pouvez ensuite ajouter des garanties optionnelles complémentaires pour couvrir :

  • les dommages collision,
  • les dommages tous accidents,
  • le vol et l’incendie du véhicule,
  • les bris de glace,
  • les objets transportés, effets personnels, aménagements.
  • l’assurance protections juridique,
  • les prestations d’assistance…

L’assurance « tous risques », la plus complète, couvre tous les aléas automobiles (sauf exclusions).

Les pistes pour payer moins cher

  • Si vous faites peu de kilomètres dans l’année, souscrivez une assurance « petit rouleur » : vous aurez droit à un tarif préférentiel.
  • Si vous choisissez une voiture d’occasion de plus de 5 ans, prenez une assurance « au tiers ».
  • Optez pour une petite cylindrée car la cotisation grimpe avec la puissance du véhicule !
  • Si vous vous assurez pour conduire la voiture de vos parents, mettez-vous en conducteur secondaire sur leur contrat auto.
  • Si vous avez pratiqué la conduite accompagnée, vous avez une plus grande expérience de la conduite et bénéficiez d’avantages tarifaires (surprime divisée par deux).

Les devis varient énormément d’un assureur à l’autre, donc comparez bien les différentes offres, ça vaut le coup ! Epluchez l’étendue des garanties et les franchises. Sachez que vous disposez de 14 jours pour vous rétracter après la signature d’un contrat d’assurance auto.

 

>En savoir plus

AssuranceVéhicule

Conduire avec un camping-car, une caravane, une remorque

Fotolia_88156725_M-960x553.jpg

Cet été, vous avez opté pour le camping-car ou la caravane. Chargement, conduite, aspects réglementaires... Voici quelques règles élémentaires pour réussir vos vacances.

Même si ce n’est pas très compliqué, conduire un camping-car ou tracter une caravane ou une remorque, demande un minimum de préparation.

Le chargement

Il est important car il influe la tenue de route du véhicule ou de l’attelage.

  • Respecter la charge utile maximale préconisée par le constructeur.
  • Respectez la capacité de traction maximale de votre véhicule.
  • Contrôlez la pression sur la boule de l’attelage.
  • Pesez le véhicule chargé (bagages, provisions, passagers…).
  • Répartissez correctement les charges : ne rangez pas d’objets lourds en hauteur mais en bas, le plus proche possible de l’essieu.
  • Transportez les vélos dans la caravane ou le camping-car solidement arrimés ou installés sur un porte-vélo (avec plaque d’immatriculation supplémentaire et plaque feux).
  • Ne transportez jamais de passagers ou d’animaux dans une caravane en circulation. En camping-car, tous les passagers doivent être assis et ceinturés.

L’éclairage

Si le camping-car est déjà équipé, la caravane et la remorque doivent disposer de :
– feux de position et dispositifs réfléchissants blancs à l’avant,
– feux d’encombrement si la largeur dépasse 2,10 mètres,
– dispositifs réfléchissants orangés sur les côtés,
– deux triangles réfléchissants rouges à l’arrière,
– clignotants, si son PTAC1 est supérieur à 500 kg,
– feux Stop, si son PTAC1 est supérieur à 500 kg.

Les rétroviseurs

Un rétroviseur additionnel n’est obligatoire que si la remorque ou la largeur de la caravane dépasse celle du véhicule tracteur. Néanmoins, ils sont fortement conseillés sur les caravanes.
La conduite

Si le camping-car pèse plus de 3,5 tonnes, respectez les 110 km/h sur autoroute, 100 km/h sur voies rapides, 80 km/h sur les autres routes, 50 km/h dans les agglomérations.

Si l’ensemble véhicule + remorque ou véhicule + caravane dépasse 7 mètres, la réglementation suivante s’applique :

  • Sur les autoroutes et voies rapides à trois voies, vous ne pouvez utiliser que les deux voies de droite.
  • Hors agglomération, si vous suivez un autre ensemble voiture/caravane ou un poids lourd, garder une distance de sécurité de 50 mètres minimum.
  • Lors de dépassements ou de croisements difficiles, vous devez ralentir ou au besoin vous arrêter ou vous garer pour laisser passer les véhicules plut petits.
IMPORTANT Avant de prendre un pont ou un tunnel, ayez toujours conscience de la hauteur du véhicule.
  • Sur les routes de montagne ou à forte déclivité, en cas de croisement difficile, c’est le véhicule avec attelage qui a priorité. Entre deux attelages, c’est celui qui monte qui a la priorité par rapport à celui qui descend.

Pour connaître les règles de sécurité routière en Europe

L’assurance

Au même titre que les autres véhicules, remorques, caravanes et camping-cars doivent être assurés pour couvrir au minimum la Responsabilité Civile. Si vous partez à l’étranger, vérifiez la zone de couverture de votre assurance.

  • Caravane ou remorque

– si le PTAC1 < 500 kg : la caravane ou la remorque doivent être ajoutées sur le contrat d’assurance auto et porter la plaque du véhicule tracteur.
– si le PTAC1 est compris entre 500 et 750 kg : la caravane ou la remorque doivent être ajoutées sur le contrat d’assurance auto et avoir leur propre plaque d’immatriculation et leur propre carte grise.
– si le PTAC1 > 750 kg, la caravane ou la remorque doivent avoir leur propre assurance Responsabilité Civile et leur propre plaque d’immatriculation.

  • Le camping-car
  • En fonction de son âge et des garanties souhaitées, il existe diverses formules pour couvrir les tiers, le véhicule, ainsi que vous et vos passagers.

Si votre camping-car est flambant neuf, mieux vaut opter pour une assurance  « tous risques ». Vous pouvez y ajouter des garanties optionnelles : contenu privé (vélos, surfs…), assistance panne 0 km, etc.

1 Poids Total Autorisé en Charge

AssuranceVéhicule

Remettez votre moto en route après l’hiver !

Moto-après-lhiver-960x640.jpg

La douceur revient, les beaux jours ne sont pas loin. Il est temps de ressortir votre moto du garage ou du parking et de lui faire passer un check-up. 8 conseils avant reprendre la route.

1. Rechargez la batterie

Après quelques mois d’immobilisation, la batterie risque d’être déchargée. Utilisez bien un chargeur adapté aux batteries de motos.

2. Regonflez les pneus

Vérifiez la pression en vous référant aux recommandations du constructeur. Contrôlez aussi les témoins d’usure. S’ils sont atteints, changez vos pneus.

3. Contrôlez les freins

Inspectez l’état des disques – ils peuvent s’être oxydés – et l’usure des plaquettes de freins. Si besoin, faites-les changer. Les freins, c’est votre assurance vie !

4. Testez les feux et les clignotants

Nettoyez-les et assurez-vous qu’ils fonctionnent correctement.

5. Vérifiez les niveaux

Niveau d’huile, liquide de refroidissement, liquide de freins, etc. Replongez-vous dans les notices d’entretien et faites les vidanges, si nécessaire.

6. L’embrayage, la chaîne, les câbles…

Graissez les câbles, la chaîne de transmission, les axes de leviers et les pédales.

7. Passez soigneusement en revue votre équipement

Casque intégral, blouson et pantalon avec protections, bottes renforcées, gants, airbag : ils doivent toujours vous assurer une protection optimale. Vérifiez qu’ils sont bien homologués. Pensez qu’en cas de chute, votre équipement vous épargne des blessures graves… voire vous sauve la vie.

Gants obligatoires

Depuis le 20 novembre 2016, le port de gants est obligatoire pour le conducteur et le passager. Choisissez des gants certifiés CE (norme EN 13594), niveau 1 si vous circulez en milieu urbain, niveau 2 si vous faites de la route.

8. Vérifiez votre assurance moto

Relisez vos garanties pour voir si elles correspondent toujours à votre usage : par exemple, si vous avez opté pour une formule au Tiers en hiver, parce que votre moto ne roule pas, passez en Tous Risques. Celle-ci prévoit la garantie dommage tous accidents, la garantie vol/incendie (y compris la couverture de vos accessoires moto), une assistance 0 km en cas d’accident ou de panne.

Enfin, démarrez en douceur : commencez par un petit parcours de rodage pour tester votre moto et retrouver les sensations d’un deux-roues.

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

o   Assur BP Moto

AssuranceVéhicule

Comment gérer un sinistre auto

Sinistre-auto-960x639.jpg

Accident, panne ou catastrophe naturelle... Tous les jours, votre voiture est exposée à des risques. Comment réagir après un sinistre auto, qui contacter, dans quels délais, comment se faire rembourser ?

Votre voiture a été endommagée ? Tant que les dommages ne sont que matériels, c’est un moindre mal. Mais vous voulez tout de même vous faire rembourser vite et bien. Suivez le guide…

1. adoptez les bons réflexes en cas d’accident ou de panne

  • Dégagez la chaussée ;
  • allumez les feux de détresse ;
  • enfilez votre gilet de sécurité ;
  • placez le triangle à 30 mètres minimum… ;
  • éclairez le(s) véhicule(s) accidenté(s) s’il fait nuit.

Sur autoroute :
– garez votre véhicule sur la bande d’urgence et sortez côté passager ;
– faites descendre les passagers du côté droit et mettez-les à l’abri derrière la barrière de sécurité ;
– rejoignez le poste d’appel d’urgence (tous les 2 km) en marchant derrière la glissière de sécurité ou appelez le 112 en précisant où vous vous trouvez (numéro d’autoroute, sens de circulation, point repère, etc.). Ne traversez jamais les voies !
– retournez à votre véhicule en attendant l’arrivée des secours.

Sur la route :
Après avoir suivi les premières consignes de sécurité, appelez votre assistance dépannage qui fera venir une dépanneuse à condition que votre voiture soit dans le périmètre couvert. Sinon, vous devrez payer le dépannage, d’où l’intérêt de l’assistance panne 0 km.

2. Remplissez le constat amiable

Si vous avez eu un accident avec un autre véhicule, indiquez précisément dans le constat amiable :

  • les circonstances de l’accident,
  • les dégâts apparents,
  • les assurances des véhicules (coordonnées des assurés, numéros des contrats et noms des sociétés d’assurances).

Il doit être signé par tous les conducteurs impliqués.

L’e-constat auto

Gratuite, l’application officielle des assureurs e-constat auto permet également de déclarer rapidement un accident matériel. Pensez à la télécharger.

3. Déclarez l’accident à l’assureur

Même sans tiers responsable, le sinistre, doit être déclaré à l’assureur dans les 5 jours ouvrés à compter de la date de l’accident.

Envoyez le constat amiable à votre assureur ainsi que tout document susceptible de compléter le constat (photos, témoignages…).

4. Attendez l’expertise

L’assureur détermine votre responsabilité et, si nécessaire, nomme un expert pour évaluer les dommages dans les 2 semaines suivant votre déclaration.

  • Si le véhicule est réparable : vous payez les réparations et l’assureur vous rembourse, ou l’assureur règle directement les réparations. Une franchise peut être appliquée.
  • Si le véhicule est irréparable : l’assureur proposera de vous indemniser.

Pensez à souscrire une option véhicule de remplacement pour bénéficier du prêt d’une voiture pendant l’immobilisation de votre voiture.

5. Recevez l’indemnisation

L’indemnisation dépend de votre responsabilité dans l’accident et des garanties figurant dans votre contrat et n’est pas systématique.

Attention, si vous êtes responsable d’un accident et que vous avez souscrit une assurance au tiers, vous ne serez indemnisé que pour les dommages occasionnés aux autres véhicules.

Vous avez donc tout intérêt à opter pour une assurance tous risques, qui prend en charge n’importe quel dommage subi par votre véhicule et vous couvre, que vous soyez responsable ou non de l’accident.

L’indemnisation intervient généralement dans les 3 mois qui suivent la déclaration d’accident.

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

o   Assur BP Auto

Véhicule

Quelle voiture pour une famille recomposée ?

Fotolia_113819598_S.jpg

Monospace, ludospace, SUV* ou crossover... Les voitures 7 places ont le vent en poupe. Et pour cause : elles séduisent de plus en plus les grandes familles, et notamment les familles recomposées.

Les familles recomposées sont de plus en plus nombreuses : 4, 5, 6, 7 personnes… Quand les enfants sont réunis, le mode de vie change et il faut tout penser « grand format » : logement, repas, et surtout voiture, pour embarquer toute la tribu lors des déplacements.

Une offre automobile qui répond à la demande des familles

Il faut donc que la voiture s’adapte. Les constructeurs automobiles l’ont bien intégré dans leurs gammes, et quasiment toutes les marques proposent des véhicules adaptés aux familles nombreuses avec 7 places… voire plus, avec des capacités d’habitabilité extra larges.

7 places ou 5 + 2 places ?

Sur le marché, vous trouverez d’un côté, les véhicules avec 7 places de base avec un coffre spacieux, et de l’autre, les modèles 5 places transformables en 7. Leur principal atout : la modularité qui donne la possibilité d’ajouter une 3ème rangée de 2 sièges ou de les transformer en utilitaire si besoin. Le point faible : une fois les 2 sièges supplémentaires installés, la capacité du coffre est réduite.

Un sens aigu de la famille

5 + 2 ou 7 places, les voitures sont aujourd’hui conçues pour optimiser le bien-être des enfants à l’arrière : empattements de plus en plus longs, sièges réglables, rangements astucieux pour libérer de l’espace (trappes sous plancher, console centrale amovible, emplacement bouteille), tablettes pliables au dos des sièges (parfois équipées d’une liseuse individuelle), contrôle de la température, réglage de la climatisation et du débit d’air…
Et pour divertir vos bambins pendant les longs trajets, les marques regorgent d’ingéniosité. Optez pour les « packs enfants » ou « pack famille » en option avec écrans intégrés aux appui-têtes (pour connecter lecteur DVD ou console de jeux), stores pare-soleil sur portes latérales, coussin rehausseur intégré, verrouillage de sécurité automatique…

Les différents types de voitures familiales

Quasiment toutes les marques proposent des véhicules familiaux à 7 places. Reste à choisir : le look classique des monospaces et break ou le look baroudeur les SUV*, crossovers, 4×4 et ludospaces… ou si vous avez vraiment une famille taille XXL, le mini-van (jusqu’à 9 personnes).

Quel contrat pour assurer une voiture 7 places ?

Pour rouler l’esprit serein avec votre clan, vous avez tout intérêt à souscrire une assurance « tous risques » qui garantira toutes les situations pouvant survenir sur la route. De plus, ces voitures étant très prisées actuellement, il est préférable de les assurer correctement contre le vol.
Certaines assurances auto proposent des formules adaptées aux besoins des grands véhicules familiaux : prise en charge du véhicule et de tous les passagers en cas d’accident, prêt d’un véhicule de même catégorie, etc.).
Renseignez-vous auprès de votre assureur.

Quelques points à « checker » pour vous aider à choisir

  • Les dimensions, largeur, longueur, hauteur : pensez que le véhicule devra rentrer dans votre garage si vous en avez un ;
  • L’habitacle : veillez à ce que chacun – surtout si vous avez des ados avec de grandes jambes – dispose d’assez de place pour voyager confortablement.
  • La motorisation : intéressante sur route, mais attention, plus elle est élevée, plus le prix s’en ressent… Aurez-vous vraiment besoin d’une puissance d’accélération exceptionnelle pour vos balades en famille ?
  • La consommation, à étudier en fonction de vos déplacements sur le long terme ;
  • Le volume du coffre : primordial pour transporter poussette, lit pliant, bagages, et éventuellement animal domestique ;
  • La modularité : les sièges escamotables dans le plancher permettent de transporter des objets volumineux ;
  • Les portes latérales : coulissantes, c’est plus pratique !
  • Les équipements comme la connectique audio, le toit panoramique, la climatisation à régulation séparée… sont très appréciés des enfants ;
  • Les rangements intégrés font gagner beaucoup d’espace ;
  • Si c’est une voiture d’occasion, épluchez le dernier contrôle technique et le carnet d’entretien ainsi que l’état de la carrosserie.
    Enfin, avant de signer, essayez-la en situation réelle pour tester le confort de conduite et l’insonorisation… Avec la famille au grand complet bien sûr.* Sport Utility Vehicle

> En savoir plus sur l’assurance Auto Banque Populaire

Véhicule

Comment choisir son assurance auto ?

ASSURANCE_AUTO-1-960x640.jpg

Vous voulez changer d’assurance auto ? Vous vous assurez pour la première fois ? Vous achetez une nouvelle voiture ? Pas toujours évident de choisir un contrat d’assurance auto adapté. Voici un mode d’emploi pour y voir plus clair.

L’assurance « au tiers »

Incontournable, la garantie « Responsabilité civile » est l’assurance minimum obligatoire qui couvre les dommages matériels et corporels que vous pourriez causer aux tiers, avec votre voiture. Attention, elle ne couvre pas (donc n’indemnise pas !) les dommages matériels sur votre véhicule. Et généralement, vos propres dommages corporels ne sont pas couverts lorsque vous êtes responsable de l’accident ou sans responsable identifié. Enfin, votre assurance « au tiers » inclut quasi systématiquement une garantie défense – recours qui permet à votre assureur de vous représenter dans vos démarches en cas de litige.

  • Dans quel cas la souscrire ?
    Si votre véhicule est ancien et à faible valeur ou si vous roulez peu et que vous êtes à la recherche d’économies, l’assurance « au tiers » peut s’avérer suffisante. En cas de sinistre, vous ne serez en effet remboursé qu’à la hauteur de sa valeur le jour de l’accident. Consultez la cote Argus pour estimer la valeur de votre voiture, et faites un petit calcul pour voir si une assurance « tous risques » est valable.
    Cependant, pensez à bien vérifier que l’assurance « au tiers » que vous envisagez de souscrire comporte la garantie dommages corporels du conducteur. Dans tous les cas, les dommages matériels subis par votre véhicule ne sont pas couverts : on ne vous indemnisera pas si vous êtes blessé ou si votre véhicule est volé par exemple. En cas de sinistre, si vous n’êtes pas responsable de l’accident, vous serez remboursé dans la limite de la valeur de votre voiture.

Vous pouvez néanmoins souscrire à des garanties complémentaires pouvant permettre une indemnisation pour la remise en état de votre véhicule

L’assurance « tous risques »

La plus étendue, elle garantit des dommages causés aux tiers, les dommages matériels subis par votre véhicule, que vous en soyez responsable ou non. L’assurance « tous risques » comporte plus ou moins de garanties et d’options (protection juridique, véhicule de remplacement, vol du contenu du véhicule, dommages corporels du conducteur, etc.) selon les assureurs.

  • Dans quel cas la souscrire ?
    Si votre voiture est neuve ou si sa valeur Argus est élevée, si vous êtes souvent sur la route ou si vous souhaitez tout simplement couvrir le plus de risques possibles, optez pour une assurance « tous risques ».

Les principales garanties facultatives

Si vous trouvez l’assurance « tous risques » trop étendue mais que vous souhaitez tout de même être bien assuré, souscrivez l’assurance « au tiers » et complétez-la avec des garanties qui correspondront à votre profil.

  • La garantie conducteur couvre les dommages corporels que vous pourriez subir en tant que conducteur du véhicule, même si vous êtes responsable de l’accident. Elle est indispensable afin de faire face en cas d’invalidité permanente après un accident.
  • La garantie dommage collision couvre les dommages matériels subis par votre véhicule, en cas de collision avec un piéton, un véhicule ou un animal (dont le propriétaire est identifié),
  • La garantie vol – incendie vous rembourse soit la valeur de votre véhicule au jour du sinistre, soit une valeur fixée par contrat.
  • La garantie bris de glaces couvre les dommages causés au pare-brise et, en fonction des contrats, aux vitres latérales, vitres arrières, toit ouvrant, voire les optiques de phares et rétroviseurs… Une garantie intéressante si vous ne disposez pas de garage !
  • La garantie assistance propose un dépannage (parfois dès 0 km) pour rapatrier votre véhicule jusqu’à un garage. Quasiment indispensable, car neuve ou ancienne, votre voiture n’est jamais à l’abri d’un pépin mécanique.
  • Le prêt du volant n’est pas autorisé dans tous les contrats d’assurance, et s’il l’est, toutes les situations ne sont peut-être pas couvertes. Avant de prêter votre véhicule à un tiers, vérifiez dans quelles conditions vous pouvez le faire.
  • Les contrats d’assurance auto diffèrent d’un assureur à l’autre. Bien sûr, plus ils comportent de garanties  et d’options, plus ils sont chers. Il vous appartient d’évaluer la valeur de votre véhicule, vos habitudes de conduite, votre environnement et vos besoins, pour choisir la bonne formule. Comparez toujours les contrats proposés  avant de souscrire : étendue des garanties, franchises, plafond des remboursements, exclusions… Quelques dizaines d’euros de plus font parfois vraiment la différence pour disposer de solides garanties.

> En savoir plus sur l’assurance Auto Banque Populaire