main

AssuranceVéhicule

Covoiturage : comment s’assurer ?

Assurance-covoiturage-auto.jpg

30% des Français ont recours au covoiturage en tant que passager ou conducteur*. Economique, écologique, conviviale : cette pratique a tout pour plaire... A condition d’être bien assuré.

Entre collègues, voisins, étudiants, touristes… Pour des déplacements courts (type domicile-travail) ou pour des trajets longs : voyager à plusieurs à bord d’un même véhicule présente beaucoup d’avantages, à commencer par le prix. Mais avant de pratiquer le covoiturage, mieux vaut procéder à quelques vérifications d’usage côté assurance.

Si vous êtes conducteur

  • Votre assurance Responsabilité Civile couvre les passagers. En cas de dommages corporels, ils seront intégralement indemnisés (sauf s’ils ont commis une faute inexcusable, cause exclusive de l’accident).
  • Si vous véhiculez des collègues jusque sur votre lieu de travail, assurez-vous que votre contrat prend bien en compte le trajet du domicile-travail. Sinon, vous risquez de ne pas être couvert en cas d’accident.
  • Si vous conduisez un véhicule de fonction, renseignez-vous pour savoir si vous êtes autorisé à transporter des passagers.

Si vous prêtez le volant

  • Vérifiez que votre contrat auto ne comporte pas une clause de conduite exclusive : dans ce cas, vous êtes alors le ou la seul(e) à être couvert(e) en cas d’accident.
  • Attention à l’ancienneté de permis du conducteur occasionnel : s’il possède son permis depuis moins de 3 ans ou s’il n’a pas été assuré au cours des 3 dernières années, votre assureur peut, en cas d’accident, appliquer une franchise plus élevée, qui serait à votre charge.
  • Si votre contrat auto autorise le prêt du volant, sachez néanmoins que si le conducteur occasionnel provoque un accident, c’est vous qui supporterez le malus. Les dommages matériels ne seront remboursés qu’en fonction des responsabilités et des garanties dommages souscrites.
Bon à savoir
Les indemnités demandées aux passagers doivent se limiter au partage des frais de déplacement (carburant et péages). Si vous faites payer le transport et que vous réalisez un bénéfice, vous entrez alors dans la catégorie des transporteurs professionnels et avez besoin d’une assurance spécifique.

Si vous êtes passager

Vérifiez que le conducteur est assuré (la présence du certificat d’assurance sur le pare-brise vous le confirmera) et qu’il dispose d’un permis valide.

Si vous êtes passager et que vous prenez le volant

  • Vérifiez que le contrat d’assurance auto de l’assuré autorise le prêt de volant.
  • Attention, vous passez de passager à conducteur : si vous êtes responsable d’un accident et que vous êtes blessé, vous serez indemnisé à condition que le contrat d’assurance du véhicule utilisé comporte une garantie « protection corporelle du conducteur ».
Certaines plateformes de covoiturage proposent une assurance / assistance pour tous les occupants du véhicule qui utilisent leur service. Renseignez-vous.

… Et à l’étranger ?

Les précautions à prendre sont les mêmes pour un covoiturage dans un pays de l’Union Européenne. En dehors de l’UE, vérifiez sur votre carte verte que les pays traversés ne sont pas rayés. Sinon, consultez votre assureur. Vérifiez l’assurance dommage « tous risques » qui ne s’applique pas forcément à l’étranger. Pour des séjours longs, assurez-vous dans le pays de destination.

Quoi qu’il en soit, si vous décidez de pratiquer le covoiturage, relisez bien votre contrat d’assurance auto et demandez conseil à votre assureur.

* Source : L’ObSoCo, Chronos / ADEME, SNCF, 2016

 

>En savoir plus

Assurance

S’assurer pour la conduite accompagnée

assurance-conduite-accompagnee.jpg

Pratique pour se préparer au permis, la conduite accompagnée attire environ 200 000 candidats chaque année. L’apprentissage peut démarrer dès 15 ans et comporte beaucoup d’avantages... y compris au niveau assurance !

L’Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC), couramment appelé conduite accompagnée, permet d’apprendre à conduire sous la tutelle d’un accompagnateur. L’apprenti doit être inscrit dans une auto-école agréée. Cette formule se déroule en deux phases : une formation initiale dispensée par l’auto-école et la conduite accompagnée.

Pour ce faire, il faut :

  • avoir  plus de 15 ans,
  • l’accord des parents ou du représentant légal,
  • l’accord de l’assureur du véhicule,
  • avoir réussi l’épreuve du Code de la route,
  • avoir suivi une formation pratique de 20 heures minimumen auto-école avec délivrance de l’attestation de fin de formation initiale.

En conduite accompagnée, le jeune conducteur doit comptabiliser 3 000 km minimum pendant une période d’au moins un an et passer des bilans d’évaluation avec son moniteur. Il peut passer son permis à 17 ans et demi, mais il ne pourra conduire seul qu’à ses 18 ans.

Les avantages de l’AAC

Economique, puisque le jeune acquiert une expérience pratique et gagne de l’assurance au volant, la conduite accompagnée présente de nombreux avantages. Elle permet :

  • de réduire le nombre de leçons à l’auto-école (et donc le coût !) ;
  • d’augmenter ses chances de réussite au permis du premier coup ;
  • d’obtenir un tarif préférentiel sur son assurance jeune conducteur ;
  • de réduire la période probatoire 2 ans au lieu de 3 ans une fois le permis en poche (les 12 points sont donc acquis au bout de 2 ans au lieu de 3 si aucune infraction n’a été commise).
Un conducteur en AAC a plus de 75% de chances d’obtenir son permis.
Source : Prévention routière

L’accompagnateur doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans sans interruption et ne pas avoir été condamné pour certains délits (homicides et blessures involontaires, conduite sous l’emprise d’état alcoolique, délit de fuite…).

AAC, conduite supervisée et conduite encadrée : quelles différences ?
Sous la tutelle d’un accompagnateur également, la conduite supervisée s’adresse aux jeunes de plus de 18 ans qui veulent compléter leur formation à l’auto-école pour accroître leurs chances de réussite au permis. La conduite encadrée quant à elle, est réservée aux jeunes de plus de 16 ans qui préparent un diplôme professionnel menant aux métiers de la route.

L’indispensable extension de garantie

Avant de passer le volant à votre enfant, demandez à votre assureur, dès l’inscription à l’auto-école, une extension de garantie de votre contrat auto pour la conduite accompagnée. Il vous adressera un avenant. Généralement, cette extension n’entraîne pas de surprime.

Que se passe-t-il si l’apprenti conducteur cause un accident en conduite accompagnée ?

L’assuré est responsable de son élève. Si ce dernier cause une infraction ou est responsable d’un accident, c’est l’accompagnateur qui sera pénalisé (amende, retrait de points ou malus). Les contrats auto prévoient généralement une franchise « conducteur novice » (majorée) en cas d’accident responsable causé par le jeune conducteur en AAC.

Et une fois le permis décroché… Une assurance auto moins chère

Les assurances auto appliquent en principe une surprime aux jeunes conducteurs qui apprennent de façon « classique ». Le conducteur qui suit l’AAC bénéficie de tarifs préférentiels :

  • la 1ère année, la surprime normalement demandée aux conducteurs novices est réduite de moitié (50 % maximum au lieu de 100%) ;
  • la 2ème année, la surprime est à nouveau réduite de moitié si l’assuré n’est responsable d’aucun accident ;
  • la 3ème année, elle est supprimée.

Un privilège accordé grâce à une longueur d’avance de 3 000 km !

 

>En savoir plus

AssuranceVéhicule

Véhicule de location : quelle assurance choisir ?

Fotolia_66491451_S.jpg

Vous louez une voiture pour les vacances ? Au moment de signer le contrat, c’est l‘éternelle question : quelle assurance souscrire pour être bien couvert ? Alors, suivez ces quelques conseils pour bien vous assurer.

Accident, vol, bris de glace… Conduire une voiture de location dans des villes étrangères ou sur des routes inconnues n’est pas sans risques. Pour rouler l’esprit tranquille, mieux vaut faire le tour de ses assurances avant de partir.

L’assurance responsabilité civile

Les contrats de location des loueurs professionnels incluent l’assurance de base obligatoire : la responsabilité civile.

  • Elle couvre les dommages matériels ou corporels que vous pouvez causer à vos passagers ou à des tiers.
  • Elle ne couvre pas les dommages matériels causés au véhicule loué etles dommages corporels (et les conséquences financières) que vous pourriez subir.

Bon à savoir : Si vous sortez des frontières, vérifiez les pays exclus de la carte verte.

Les assurances complémentaires 

  • Le rachat de franchise

En cas de vol ou de dommage du véhicule, les loueurs sont assurés mais, il reste à votre charge une franchise qui peut être très élevée !
Moyennant quelques euros supplémentaires par jour, les loueurs proposent :

l’option CDW (Collision Damage Waiver), garantie responsabilité réduite en cas de collision ou dommage du véhicule, couvre le rachat partiel de franchise en cas de dommage du véhicule lié à une collision.

l’option TPC (Theft Protection Coverage) couvre le rachat partiel de franchise en cas de vol du véhicule.

En souscrivant à ces protections, vous réduirez le montant de la franchise. Vous pouvez même vous exonérer, totalement ou presque, de toute responsabilité financière en souscrivant le complément Super Cover couvrant jusqu’au rachat total de franchise en cas d’accident ou de vol du véhicule.

  • L’assurance du conducteur ou PAI (Personnal Accident Insurance) ou Super PAI propose des garanties plus ou moins étendues : dommages corporels, capital en cas de décès ou d’invalidité du conducteur et des passagers mais aussi assistance, frais médicaux d’urgence, vol des bagages…

Avant de signer, vérifiez que vous n’êtes pas assuré par ailleurs 

  • Les garanties carte bancaire haut de gamme

Rachat de franchise, assurance conducteur, assurance des bagages transportés, assistance… peuvent faire partie des garanties attachées à votre carte de paiement. Mais attention, pour qu’elles s’appliquent, vous devrez payer la location du véhicule avec votre carte !

  • Les extensions des assurances auto

Si vous êtes assurés pour votre véhicule personnel, vérifiez que vous ne bénéficiez pas d’une assurance dommages corporels du conducteur étendue à la conduite d’une voiture de location. Renseignez-vous auprès de votre assureur !

> En savoir plus: