main

AssuranceVéhicule

Partir en vacances avec une voiture électrique

Fotolia_79753939_S.jpg

Le déploiement des bornes de recharge publiques et l’augmentation de l’autonomie des voitures électriques permettent désormais de voyager 100% électrique. Suivez le guide...

Tesla, Renault Zoé, Peugeot iOn, Nissan LEAF, BMW i3,… Le marché des voitures électriques est en pleine croissance. Aujourd’hui, on compte près de 100 000 véhicules électriques1 en France et pas loin de 16 000 points de recharge accessibles au public2 (+ 57% par rapport à 2015). Et d’ici fin 2017, plus de 20 000 points publics de recharge seront installés sur une grande partie du territoire. Pas étonnant que de plus en plus d’automobilistes envisagent de longs trajets au volant de leur voiture électrique.

Circuler sur les petites routes…

Si vous avez prévu de partir en vacances en « électrique » cet été, c’est tout à fait faisable. Il suffit de préparer l’itinéraire pour aller d’une borne à l’autre : repérer les points de charge sur le parcours et prévoir un temps de trajet supérieur pour les arrêts aux bornes. Mais au final, quelle récompense de conduire en silence, sans vibrations… et surtout sans polluer !

Où recharger en Europe ?
Pour préparer votre itinéraire, des applications web et mobile comme ChargeMap.com proposent une carte des bornes de recharge.

Ou tracer sur autoroute…

Aujourd’hui, les conducteurs de voitures électriques peuvent s’aventurer sur les principaux axes autoroutiers français (une borne tous les 80 km environ). Près de 200 bornes de recharge rapide adaptées aux standards de prises du marché (CHAdeMO, Combo IIC/CS, AC triphasé et prise domestique E/F) permettent de recharger tous types de véhicules électriques sur le réseau des sociétés d’autoroutes.

En seulement 30 minutes, vous pourrez recharger votre véhicule électrique jusqu’à 80% !

Des astuces pour booster l’autonomie

  • Conduisez sans à-coups : limitez les accélérations et anticipez les freinages,
  • limitez votre vitesse en évitant l’autoroute,
  • climatisez pendant la charge,
  • évitez les charges trop importantes (galerie de toit, remorque…),
  • roulez vitres fermées.

Roulez l’esprit tranquille

L’autonomie des véhicules électriques est encore assez faible. Veillez à ce que les prestations d’assistance de votre contrat auto correspondent bien à vos besoins, notamment pour le dépannage et les frais de remorquage…

Que vous partiez en France ou à l’étranger, pour passer des vacances sereines, vérifiez également les garanties de votre contrat auto :

  • garantie dommages tous accidents ;
  • garantie vol, incendie, explosion, attentat ;
  • garantie contenu et équipement du véhicule.

Demandez conseil à votre assureur pour qu’il vous propose une formule adaptée.

1 Source : Avere-France / AAA data, 100 000 immatriculations cumulées depuis 2010. 2 Source : GIREVE, chiffres au 1er janvier 2017.

>En savoir plus

 

AssuranceLoisirs

Quelle assurance pour le ski ?

assurance_ski-960x622.jpg

Entorses, fractures, traumatismes crâniens... L'hiver dernier, 150 000 blessés¹ ont été pris en charge par l’association Médecins de Montagne en France. Comment faut-il s’assurer pour le ski ? Sur les pistes des assurances...

Responsabilité civile, dommages corporels, assistance (recherche, secours, rapatriement) mais aussi interruption de séjour, bris de matériel… Epluchez vos contrats assurances avant de partir aux sports d’hiver.

  • La garantie responsabilité civile, incluse dans les contrats multirisques habitation, vous couvre si vous causez un accident à un autre skieur. Mais si vous vous blessez en chutant seul à ski, votre garantie RC ne vous couvre pas !
  • L’assurance individuelle accident ou garantie accidents de la vie couvre les dommages corporels que vous pouvez subir. Si l’accident entraîne une invalidité, voire un décès, ces garanties prévoient le versement d’un capital.
  • L’assurance complémentaire santé ou mutuelle santé prend en charge les frais d’hospitalisation et les soins occasionnés à la suite d’un accident.
  • L’assurance des cartes bancaires haut de gamme (Visa Premier, Platinum, Infinite, Gold Mastercard ou Platinum MasterCard….) couvre généralement :
  • la responsabilité civile,
  • les frais médicaux,
  • les frais de recherche, de secours et d’évacuation,
  • les frais de défense recours,
  • les frais de forfaits et cours de ski non utilisés suite à un accident,
  • les frais de location (pour une durée maximale de 8 jours) de skis ou chaussures de remplacement suite au bris accidentel de ses propres skis ou chaussures,

à condition de payer les prestations (cours, forfaits…) avec ladite carte.

  • L’assurance ski des assureurs, vous permet, en cas d’accident, d’être remboursé de votre forfait de remontées mécaniques, des cours de ski non utilisés, de la location de votre matériel, de l’indemnisation des dommages causés à un autre skieur. Elle inclut également un service d’assistance-rapatriement.
  • Les assurances « Neige » remontées mécanique ou la licence Carte Neige (annuelle) des Clubs de la Fédération française de ski, proposent des garanties d’assurance et d’assistance très complètes (remboursement complémentaire des frais médicaux et d’hospitalisation, des forfaits et/ou cours de ski, rapatriement…). Elles sont en vente dans les stations de sports d’hiver.

Ce qu’il faut vérifier dans vos assurances

  • les activités couvertes et les exclusions, surtout si vous êtes adepte de hors-piste, freestyle, freeride, ou backcountry… La plupart des assurances n’assure pas le hors-piste!
  • les plafonds d’indemnisation ;
  • le montant des franchises ;
  • les personnes couvertes ;
  • la prise en charge des frais de recherche, secours, rapatriement ;
  • la prise en charge à l’étranger, le cas échéant.

Conclusion ? Si vous disposez d’une carte bancaire haut de gamme, pas d’inquiétude, vous et votre famille êtes couverts aussi bien qu’avec une assurance « Neige » ou une Carte Neige à condition de payer les prestations (cours, forfaits, location, etc.) avec. Si vous possédez une carte bancaire classique, et que vous n’avez pas d’assurance individuelle accident ou garantie accidents de la vie, complétez vos garanties.

1 Source : Médecins de montagne Chiffres 2014-2015

 

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

 

AssuranceLogement

Faire face à une inondation

logement_assurance_inondation-960x630.jpg

Une inondation peut provoquer des dégâts considérables et vous mettre en danger, vous et vos proches. Suivez ces quelques conseils pratiques pour vous préparer, surtout si vous êtes en zone inondable.

Respectez les consignes de sécurité

  • Si vous avez été évacué, ne tentez pas de réintégrer ou même d’approcher votre logement sans avoir eu l’autorisation des services de secours ou de la mairie.
  • Une fois que vous y êtes autorisé, retournez chez vous, accompagné et de jour, et informez-en la municipalité.

Faites intervenir des pros avant de rentrer dans votre logement

L’eau peut provoquer des risques d’effondrements, d’électrocutions, d’explosions, d’intoxications…

  • Si vous avez le moindre doute sur la stabilité de la structure (fissures, déformations…), demandez à une entreprise de construction ou à un expert d’examiner le gros œuvre.
  • Faites passer un électricien agréé pour rétablir le courant et vérifier l’état de l’installation.
  • Ne buvez surtout pas l’eau du robinet avant d’avoir eu l’autorisation des autorités locales.
  • Si vous percevez une odeur de gaz, coupez la vanne extérieure, sortez immédiatement et contactez un spécialiste.

 

Les bons réflexes après une inondation

  • Aérez pour que l’eau s’évapore et que le séchage s’accélère.
  • Evacuez l’eau restante progressivement (1/3 par jour) avec une pompe ou des serpillères.
  • Désinfectez les lieux en vous protégeant avec gants, masque, bottes en caoutchouc. Lavez-vous les mains à l’eau claire et au savon après avoir manipulé les déchets.
  • Prenez des photos de vos biens détériorés et conservez-les jusqu’au passage de l’expert. Réunissez les factures d’achat des objets sinistrés.

 

Distinguez vos objets de valeur des autres objets ainsi que des biens récupérables de ceux qui ne le sont pas.

Objets de valeur : bijoux, objets d’art ou précieux, meubles anciens…
Objets récupérables : objets qui pourront être réutilisés une fois nettoyés.
Objets irrécupérables : objets qui ne pourront pas être utilisés, même nettoyés et désinfectés (matelas, meubles déformés, moquettes, aliments, produits ménagers et polluants… touchés par l’inondation).

  • Informez-vous auprès de votre mairie pour connaître les démarches de déclaration de catastrophe naturelle et contactez votre assureur au plus vite.

A savoir
Si l’état de catastrophe naturelle est constaté par un arrêté interministériel, vous avez 10 jours pour adresser votre déclaration de sinistre à votre assureur.

Attention, danger !
N’allumez pas de flammes (bougies, briquets…) et ne fumez pas tant que l’eau stagnante n’a pas été évacuée.
N’utilisez pas votre téléphone fixe ni votre téléphone portable en raison de risques d’étincelles et donc d’explosion.

Enfin, vérifiez attentivement l’étendue des garanties couvertes par votre contrat Multirisque Habitation et notamment l’assistance.

Lors d’un sinistre, l’assistance peut vous être d’un grand secours. Elle organise et prend en charge :

  • votre retour d’urgence, si votre présence est indispensable ;
  • l’hébergement de votre famille, si vous ne pouvez pas demeurer chez vous en raison de l’importance du sinistre ;
  • le déplacement de professionnels compétents, si des mesures d’urgence sont à prendre.

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

LogementVacances

Protégez votre logement pendant les vacances

Proteger-son-logement-960x640.jpg

Vous attendez les vacances avec impatience. Oui, mais en votre absence, votre logement peut subir certains désagréments : vol, incendie, dégât des eaux... Pensez à bien sécuriser votre domicile avant de partir...

Prévenir les cambriolages

  • Demandez à un voisin ou à un ami de simuler une présence en ouvrant et fermant les volets matin et soir.
  • Installez un programmateur qui déclenche la lumière ou la radio.
  • Pensez à fermer l’ensemble de vos ouvertures (même situées en hauteur) lorsque vous vous absentez.
  • Privilégiez des systèmes de serrure multi points, équipez vos fenêtres de grilles ou de volets.
  • Inscrivez-vous à l’opération « tranquillité vacances » auprès de la police ou de la gendarmerie pour surveiller votre domicile.
  • Filmez ou prenez des photos de votre intérieur, mobilier et objets usuels, ce qui vous aidera à prouver la possession de ces biens en cas de cambriolage.
  • Placez vos biens de valeur (argent, bijoux, etc.) dans un coffre-fort ou à la banque.
  • N’annoncez pas votre départ en vacances sur les réseaux sociaux.
  • Faites transférer vos appels sur votre téléphone mobile Poste ; dans tous les cas ne signalez pas votre absence sur votre boîte aux lettres.
  • Faites relever le courrier ou faites-le garder par la Poste.
  • Equipez votre logement d’un système de télésurveillance. Dissuasif, il permet de limiter le risque d’intrusion ou le d’un vol

Eviter un dégât des eaux

  • Coupez le circuit d’eau pour éviter les fuites d’eau. Vérifiez ensuite que le compteur ne tourne plus.
  • Vérifiez que toutes les fenêtres sont bien fermées.
  • Sécurisez les zones inondables avec des sacs de sable.

Se prémunir contre l’incendie

  • Coupez l’arrivée de gaz.
  • Débranchez l’ensemble de vos appareils électriques pour éviter qu’en cas d’orage, le circuit électrique ne soit touché.
  • Mettez la chaudière en veille.

Vérifiez votre contrat d’assurance Multirisques Habitation

Relisez bien les conditions générales de votre contrat Multirisques Habitation. Généralement, vous êtes couvert pour les dommages liés aux vols, vandalisme, incendies, explosion, dégâts des eaux, tempête, grêle, bris de glace, catastrophes naturelles et technologiques. Mais les garanties varient selon les contrats.
Certaines assurances peuvent exiger un renforcement de moyens de protection et de sécurisation au niveau de l’habitation, comme des portes blindées ou des barreaux aux fenêtres par exemple, pour que la garantie vol joue en cas de cambriolage.

Votre indemnité pourrait être réduite également si vous ne respectez pas les mesures de précaution en cas de dégât des eaux.

Prenez avec vous le n° d’assistance mis à votre disposition par votre assureur : dans la plupart des contrats, votre retour d’urgence à domicile peut être organisé et pris en charge par votre assureur si la situation le nécessite.

> En savoir plus sur l’assurance habitation Banque Populaire.

Véhicule

Avant de prendre la route, contrôlez votre véhicule

Voiture-960x640.jpg

La location est réservée, les valises sont presque bouclées... Avant de mettre le cap sur les vacances, contrôlez l’état de votre voiture.

Les niveaux des liquides

Garez votre véhicule sur un terrain plat et attendez que votre moteur soit refroidi.

  • L’huile : vérifiez la jauge ; attention, le niveau doit se situer entre le mini et le maxi… mais pas le dépasser non plus !
  • Le liquide de refroidissement, visible à travers le vase d’expansion. S’il est en dessous du niveau minimum, il y a peut-être une fuite, demandez conseil à un garagiste.
  • Le liquide de freins à changer tous les 50 000 km. S’il est proche ou en dessous du mini, là aussi, consultez un garagiste.
  • Le liquide de lave-glace : n’utilisez pas d’eau, le calcaire risquerait de boucher les buses.

Si vous remettez du liquide, utilisez de préférence celui recommandé par le constructeur.

Les pneus

Des pneus usés réduisent la tenue de route et accroissent le risque d’aquaplaning.

  • L’usure : vérifiez le témoin. La profondeur des rainures ne doit pas être inférieure à 1,6 mm.
  • La pression des pneus : rouler avec des pneus sous-gonflés est dangereux, surtout en cas de pluie ! Les pressions conseillées sont indiquées dans le livret d’entretien, sur le côté de la portière avant gauche ou encore sur la trappe à carburant de la voiture. Ajoutez 0,2 à 0,3 bar si le véhicule est très chargé.

La visibilité

  • Les feux et les phares avant et arrière : vérifiez leur fonctionnement, nettoyez-les et profitez-en pour régler la hauteur de l’éclairage (ni trop haut ni trop bas).
  • Le pare-brise et les vitres : bien voir est important ; être bien vu aussi. Lavez l’intérieur et l’extérieur.
  • Les essuie-glaces : jetez un coup d’œil sur les balais d’essuie-glaces pour voir s’ils ne laissent pas de traces.
  • Les rétroviseurs : ne les oubliez pas. Nettoyez-les et réglez-les une fois la voiture chargée.

Checkez votre équipement

Emportez l’essentiel…

  • Le gilet rétro-réfléchissant ;
  • le triangle de signalisation en cas de panne ou d’accident ;
  • l’éthylotest.

Prévoyez aussi les accessoires qui peuvent être utiles :

  • les ampoules de rechange, fusibles, extincteur, lampe de poche,
  • la trousse de secours,
  • la couverture de survie…

Pour les disques et plaquettes de freins, la direction, les amortisseurs… faites appel à un garagiste professionnel.
Enfin, n’oubliez pas d’emporter les numéros de téléphone de votre assurance et assistance automobile. Ils vous seront utiles en cas d’urgence. Bonne route !

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :

SantéVacances

Etes-vous bien assuré en cas de maladie à l’étranger ?

sante-etranger-960x638.jpg

Les vacances approchent. Cet été, vous partez à l’étranger. Mais si un problème de santé survenait, avez-vous pris toutes les précautions pour être bien couvert sur place ?

Le remboursement des frais médicaux

Si vous tombez malade en Europe

15 jours au moins avant votre départ, demandez gratuitement une carte européenne d’assurance maladie (CEAM) à votre caisse d’Assurance Maladie :

  • en ligne sur votre compte ameli,
  • par téléphone au 36 46,
  • ou au guichet de votre caisse d’Assurance Maladie.

Cette carte vous permettra d’être pris en charge dans une trentaine de pays de l’Union Européenne. Soit vous n’aurez pas à faire l’avance des frais médicaux, soit vous devrez faire l’avance des frais médicaux et vous vous les ferez rembourser sur place par l’organisme de sécurité sociale de votre lieu de séjour.

Si vous tombez malade en dehors de l’Europe

Réglez vos frais médicaux sur place et conservez les ordonnances, les factures et les justificatifs de paiement. Quand vous rentrez en France, adressez-les à votre caisse d’Assurance Maladie avec le formulaire cerfa S3125 que vous trouverez sur www.ameli.fr.
Seuls les soins urgents et imprévus sont remboursés dans la limite d’un forfait.

Vos contrats d’assurance vous couvrent-ils lors d’un séjour à l’étranger ?

Certains contrats proposent des services d’assistance et apportent une aide matérielle en cas de maladie ou d’accident corporel (avance sur les frais de soins et sur les dépenses de médicaments par exemple).
Ces garanties d’assurance ou d’assistance peuvent être incluses dans :

  • les assurances associées à votre carte bancaire ;
  • les contrats de complémentaire Santé ;
  • l’assurance Multirisques Habitation ;
  • l’assurance scolaire des enfants ;
  • l’assurance auto ;
  • les assurances des accidents de la vie :
  • les assurances décès, invalidité et contrats obsèques ;
  • et bien sûr dans les assurances vacances / voyages.

Ce qu’il faut vérifier

Epluchez bien les conditions générales, l’étendue de vos garanties, les membres de la famille pouvant être assurés ou assistés, et surtout les exclusions. La garantie peut ne pas fonctionner partout dans le monde.
Renseignez-vous avant de partir, dans certains pays, les frais médicaux coûtent extrêmement cher.

Vous avez donc intérêt à souscrire un contrat d’assurance ou d’assistance qui garantit la prise en charge des frais médicaux et le rapatriement sanitaire.
Si vous pratiquez un sport à risque (escalade, rafting, saut à l’élastique…) assurez-vous en conséquence. Le mieux est de demander conseil à votre assureur.

Pour en savoir plus sur les soins de santé à l’étranger : www.cleiss.fr

> En savoir plus sur les assurances Banque Populaire :